SHARE

Le district de Kassonya a retrouvé son calme habituel, après la folle nuit du jeudi dernier quand la peur avait fait fuir hommes et femmes, parents et enfants, dans une espèce de « sauve-qui-peut » total. Les reporters de www.justinmorel.info ont effectué une descente sur les lieux, pour mieux comprendre  

Ce sont au total huit navires destinés à la  pêche artisanale dont l’insolite  présence, depuis la nuit du mercredi au  jeudi dernier, avait suscité inquiétudes et provoqué une panique généralisée chez les populations de Kassognah, un district situé  dans la préfecture de Coyah.

Seule l’arrivée du ministre de la Pêche, Fréderic Loua accompagné de marins, d’enquêteurs, des autorités administratives de ladite localité et de certains inspecteurs du département en charge de la pêche sur les lieux, aura de dissiper la torpeur des habitants du district de Kassogna, particulièrement de celle du quartier ‘’ Chinoyah. Qui ont finalement compris et accepté que ce n’était point des mercenaires, des rebelles ou des djihadistes,qui avaient envahi ce bras de mer, mais plutôt des « bateaux pirates » de pêche artisanale. Arraisonnés plus tard par les autorités maritimes qui promettent de frapper fort.

Selon le chef de département de la pêche, après les fouilles effectuées à bord desdits navires par les services de sécurité, en compagnie du directeur préfectoral de la pêche, il a été constaté qu’« il n y avait que des poissons dans les navires dont beaucoup étaient déjà pourris».

Pour  avoir de plus amples informations sur les circonstances par lesquelles, ces navires de pêche  se sont nuitamment retrouvés du côté  du district de Kassogna, les  reporters de justinmorel.info  ont rencontré ce vendredi, 27 octobre 2018, certains habitants de ladite localité  qui ont exprimé haut et fort leur ‘ »Ouf de soulagement »  après le démenti officiel des autorités relatif à toute éventuelle agression. 

Arrivé sur les lieux à Kassogna, le calme règne en maître absolu. La berge avaient accosté les « navires pirates », était toute déserte et l’on pouvait compter du bout des doigts les quelques rares curieux venus à cet endroit qui, en moins de 24h avait été au centre d’une psychose nationale…

Hawa Keita, une habitante  du quartier’’ Chinoyah’’ dans Kassogna, ménagère  de son état, a indiqué que c’était  aux environs de 23 heures pendant qu’elle dormait profondément que sa fille de douze ans l’a réveillée brusquement pour lui dire qu’il y a des cris assourdissants dehors!

« Etant curieuse, je suis sortie immédiatement de la maison, c’est ainsi que j’ai vu un monde fou à cette heure-là, sur les visage des inquiétudes indescriptibles. Je demande aux passants tremblant de peur, ce qui se passe en ce moment…ils me disent que ce sont les rebelles qui sont entrés en bateau dans notre contrée. Tout de suite, j’ai obligé mes enfants de sortir et d’aller sur les lieux. Vraiment, la peur était visible chez tous les habitants. Mais, je remercie le ministre  de la Pêche et sa délégation, il faut le dire que c’est  grâce à  leur arrivée  que nous avons compris qu’il n’y  avait plus  de peur que mal, c’étaient des bateaux de pêche pirates.  Par ailleurs, je profite de votre micro pour demander  au gouvernement guinéen à travers le ministère de la Pêche de nous aménager sur ce lieu, un débarcadère de pêche. Mais, plus étonnant, les autorités ne nous ont pas présenté les propriétaires de ces navires. On voulait tant les voir pour les connaitre », témoigne Hawa Keita.

Quant à Aicha Kaba, commerçante, elle explique avec insistance : « lorsque nous avons appris la présence des ces navires dans notre localité, nous étions paniqués, l’idée qui nous est venue en tête, c’était la présence des éléments armés venus faire tomber le pouvoir d’Alpha Condé. On avait la peur au ventre et nous ne savions pas où partir… On pensait à toutes sortes de choses graves, à l’avenir de nos enfants, du pays… ».

Cette folle nuit et cette matinée surchauffée auront franchement montré aux habitants de cette sympathique bourgade, toute la valence de la paix.

Reportage de Léon KOLIE et Momo SOUMAH pour JMI           

 

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE