Depuis  le report de deux semaines les élections couplées initialement prévues le 1er mars prochain, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition, son leader  et chef de file de l’opposition a réagi dans plusieurs médias du pays.

Dans une interview accordée à nos confrères d’Africaguinee.com, par exemple, Cellou Dalein Diallo analyse le discours adressé à la nation, vendredi soir au peuple de Guinée par président Alpha Condé.

« J’ai noté dans son adresse à la nation qu’il maintient son cap sur le troisième mandat, en changeant la constitution. Il maintient l’exclusion de l’opposition du processus électoral. J’ai compris juste qu’il cherche à réparer les fautes diplomatiques qu’il a commises en déclarant persona non grata ses pairs de la CEDEAO qui voulaient venir s’ enquérir de la situation qui prévaut en Guinée et essayer s’il y a lieu d’apporter leurs conseils. Malheureusement Alpha Condé n’a pas voulu les recevoir et cela a aggravé son isolement diplomatique. C’est pour ça qu’il a reporté, ce n’est pas pour aller vers des élections inclusives, transparentes», a déduit la locomotive  de l’opposition.

En vérité, « chat échaudé, craint l’eau froide », les opposants politiques de tous bords et le FNDC, convaincus de tenir le bon bout de la résistance, ne veulent point lâcher prise. Ils sont décidés à mobiliser leurs bases pour augmenter la pression sur le pouvoir.

Mais, ceux qui connaissent bien le vieux lion politique qu’est Alpha Condé, affirment qu’il n’est point de nature à laisser tomber les choses à la première résistance politique. Le pays se trouve quelque part à la croisée des chemins.

Les politiques ont tout intérêt à user intelligemment de souplesse et de flexibilité pour atteindre les objectifs majeurs au service du peuple de Guinée et non au seul bénéfice de leurs seuls calculs ou agendas politiques.

 

Karifa KEITA pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments