Le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso qui poursuit son séjour de travail à Pointe-Noire, a inauguré, le  mercredi 19 février 2020,  tour à tour les trois nouveaux quais du port autonome de Pointe-Noire et l’Unité Industrielle de la Société des Grands Moulins du Phare (SGMP).

Le port autonome de Pointe-Noire dispose de trois nouveaux quais. La cérémonie consacrée à l’inauguration de ces infrastructures a été marquée par une série de discours, d’une part, sur la présentation du port et de ses nouveaux quais et, d’autre part, sur la présentation de l’Unité Industrielle de la Société des Grands Moulins du Phare (SGMP).

Ainsi, parlant du Port Autonome de Pointe-Noire, son directeur général, Séraphin Bhalat a fixé l’auditoire sur les quais inaugurés. Ils s’inscrivent dans le cadre de la modernisation du port et de l’extension de son terminal à conteneurs. Il s’agit des quais G (long de 800m contre 15 m de profondeur) et D (15 m de profondeur et environ 720 m de long). Equipé d’un rail supportant la partie avant portique de manutention et d’un caniveau à câbles électriques couvert le quai D a été réalisé par Congo terminal. Les travaux du troisième quai qui est multifonction ont été financés sur fonds propres par le Port de Pointe-Noire, dans le cadre de l’exécution de la phase d’urgence de son plan directeur de développement. Ce quai est construit sur l’emplacement qui n’était jusque-là qu’un quai de batelage dédié aux navires de pêche.Miniature de pièce jointe

Le directeur général du port autonome de Pointe-Noire a aussi salué les efforts consentis et la volonté du président de la République de moderniser ce port. La mise en service de ses infrastructures et équipements modernes a permis d’améliorer, de façon significative, les capacités et les performances opérationnelles du port, a-t-il déclaré, avant d’ajouter que le volume du trafic containérisé est passé de 3 200 containers, en 2009 à 921 000 containers en 2019.

Miniature de pièce jointe

Pour Séraphin Bhalat, la mise en service du quai spécial permettra au port de faire face à la forte demande observée ces dernières années pour traitement entre autres des minerais de fer, de charbon et bien d’autres. Le directeur général du port autonome de Pointe-Noire, a terminé son propos en remerciant le président de la République pour son implication dans la modernisation du port. « Votre implication personnelle, votre attention soutenue et cet accompagnement sans relâche pour le sort de notre port renforce notre action au quotidien et nous rassure devant les défis actuels et à venir de la compétitivité portuaire », a avoué Séraphin Bhalat qui a pris, au nom des travailleurs du port, « l’engagement solennel de préserver cet outil essentiel de le gérer suivant les standards internationaux et de le rentabiliser aux fins d’une compétitivité toujours croissante et d’une amélioration continue de sa performance, ce au profit de l’économie nationale et sous régionale ».   

A son tour, le directeur général des ports et concessions du groupe Bolloré, Olivier De Noray a rappelé que Congo terminal a investi près de 260 milliards de FCFA de 2009 à 2019. Cet investissement a permis de construire l’allongement et la construction des quais G et D, ainsi que l’aménagement des aires de stockage des containers. Selon Olivier De Noray, Congo terminal soutient environs 15 000 emplois directs et indirects dans la ville de Pointe-Noire, alors que cette filiale du groupe Bolloré emploie 7 000 personnes, a affirmé l’orateur.

Le ministre des transports et de l’aviation civile, Fidèle Dimou a, quant à lui, loué les efforts et la volonté du président de la République dans le processus de modernisation du port autonome de Pointe-Noire. Il a rappelé quelques moments historiques et les étapes administratives ayant conduit à l’autonomisation du port.

La phase de la cérémonie consacrée à l’inauguration a connu deux allocutions : celles de M. Alexandre Vilgrain, président directeur général du groupe SOMDIAA et du ministre d’Etat, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du portefeuille public, Gilbert Ondongo.

L’unité industrielle de la société des grands moulins du Phare est implantée dans l’enceinte du Port autonome de Pointe-Noire. Elles produiront de la farine de blé, de gritz de maïs et de l’aliment de bétail. Six silos de stockage d’une capacité de 18 tonnes, des équipements de manutention, une minoterie de capacité de production de 300 tonnes par jour, extensible à 900 tonnes par jour, une maïserie d’une capacité de production de 50 tonnes par jour ainsi qu’une unité de production d’aliments de bétail constituent l’ensemble de cette unité industrielle.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du portefeuille public, Gilbert Ondongo a précisé que ces unités industrielles contribueront à la création d’emplois, à la satisfaction des besoins des Congolais et à la réduction de la dépendance du Congo en matière d’importation d’aliments. Pour lui, « … l’industrie du maïs et celle de la production d’aliments de bétail constituent une réelle incitation au travail ». C’est donc une « incitation lancée à la population active congolaise en général et, en particulier, aux jeunes des départements de Pointe-Noire et du Kouilou en quête d’un emploi », a insisté le ministre, avant d’ajouter : « tous ont désormais une nouvelle opportunité pour se consacrer à la culture du maïs ou pour pratiquer l’élevage ou encore, pour faire les deux en même temps ».

Peu avant la mise en service des grands moulins du phare, le président Denis Sassou-N’Guesso a assisté à l’accostage au nouveau  d’une navire de 332 mètres, transportant 8400 conteneurs.

MIATOLOKA Boryce Agapyth pour GCO

Correspondant particulier de JMI pour le Congo

Copyright © JustinMorel.Info Miniature de pièce jointe

Comments

comments