SHARE

A Hafia, un quartier de la haute banlieue de la capitale guinéenne, situé dans la commune de Ratoma , les jeunes se livrent à un vagabondage qui s’explique par une consommation abusive du chanvre indien. Et, quelque soit l’heure, ils fréquentent les café-bars pour discuter ou commenter les matchs de football ou parfois, l’actualité politique, a constaté notre reporter.

Interrogé sur ce fait récurent au quartier Hafia, un homme d’une quarantaine d’années, commerçant de son état, préférant rester incognito, a indiqué que « la majorité des jeunes de Hafia sont au chômage et pour s’oublier, ils plongent dans la drogue ».

«C’est pourquoi dès chaque  8 heures du matin, quand certains s’apprêtent à rejoindre  leurs lieux d’affaires, la plupart de ces jeunesse préfèrent se rendre dans les café-bars pour discuter des futilités, et se livrent à la consommation abusive du chanvre indien. C’est pitoyable pour cette jeunesse!», a-t-il confié au micro de notre reporter.

Notre interlocuteur a également déclaré que ce sont ces mêmes jeunes qui se livrent au banditisme, en pleine nuit pour s’attaquer aux paisibles citoyens qui, après une dure journée de labeur, cherchent à rejoindre leurs familles, pour une quiétude méritée.

Reportage de Léon KOLIE pour JMI                          

Comments

comments

SHARE