Djelykaba bintou ou la BMW de la musique guinéenne est une griote de sang et aujourd’hui l’incarnation de la réussite dans le domaine musical. Née dans la plus renommée famille de griots de Sombory, elle animait dès son jeune âge avec l’orchestre de son père Djely Kaba qui reste d’ailleurs le plus sollicité des événements folkloriques à Fria.

Adulée des mélomanes de la cité de l’alumine, elle est la star née, et l’incarnation de la volonté des jeunes artistes en herbe de son terroir natal; elle est celle qui chante par tradition et non pour l’argent. Elle l’a d’ailleurs affirmé dans l’interview qu’elle avait accordée à nos confrères de senalioune.com. 《 Je ne chante pas pour de l’argent, je suis griote et je ne devierai jamais des valeurs nobles que prône ce métier》.

Elle évolue avec la structure « Music sans frontières  » qui s’inscrit dans une nouvelle dynamique moderne de la musique mandingue. Après son premier album et plusieurs singles, elle deviendra Madame Kamissoko devant Dieu et les Hommes le 26 mai (mois de ramadan ) 2019 dans le Sombory. Malgré les multiples buzz et obstacles, le couple a su les surmonter et « relever défi » par leur union sacrée.

Depuis des tournées, des scènes et des récompenses sont engrangées par le couple choc AzayaBintou et en attendant le deuxième album programmé pour le 12 mars. Mais le trophée majeur qu’attend aujourd’hui famille et fans, est sans un petit Kamissoko qui sera l’héritier de la voix suave de sa mère et le style afro-manding de son père, pour perpétuer ce qui est tradition chez les AzayaBintou.Aperçu de l’image

La « BMW » n’est pas seulement qu’une artiste, elle est diplômée en commerce international, ce qui est rare dans le milieu artistique en Guinée, surtout quand il s’agit de gent féminine. Ambitieuse, elle ouvre son magasin de mode et s’investit dans la promotion de la scolarisation de la jeune fille, la dénonciation de l’immigration clandestine pour participer à travers la musique à l’épanouissement de la jeune fille en particulier et de la société guinéenne en général.

Elle l’a fait savoir sur les médias nationaux. 《Je ne saurais remercier assez mes parents de m’avoir scolarisée. Et la musique n’a pas impacté négativement mes études, d’autant plus que je suis diplômée en Commerce International. Même si à un moment donné j’ai failli abandonner les études, comme toute adolescente rebelle, le soutien attentif de mon papa m’avait  quand même sauvée de ce fléau qui fait ravage dans le milieu scolaire guinéen. Qu’on appelle la descolarisation. Aujourd’hui toutes les activités socio-professionnelles requièrent un minimum d’aptitude scientifique. Le constat est alarmant puisque 90% des artistes chanteurs guinéens n’ont jamais été en classe. Et ce taux d’analphabetisme touche majoritairement les femmes.》

Aperçu de l’image

À l’image de Momo Yansané et Jean Mousté sur le plan footballistique, Djeli Kaba Bintou est le porte-flambeau de la nouvelle génération, en attendant la sortie de l’album de l’autre méga star du rap One – Times avec son album  » N’tondi  » qui enregistre déjà des millions de vue.

《 Djelikaba bintou est une star qui fait la fierté des Friakaé, sa musique parle des problèmes de la société. Elle chante pas pour quémander et on compte sur elle pour vendre l’image de Fria. 》 témoigne Mohamed Camara promoteur culturel dans la cité de Fria.

Aliou BAH pour JMIJMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments