Le président sud-africain Jacob Zuma (photo à droite) a semé un nouveau vent de panique sur les marchés et les investisseurs en rapport avec son pays, en appelant le très respecté Pravin Gordhan (photo à gauche), son ministre des finances, à interrompre une tournée d’information auprès des investisseurs de New-York, Boston, et Londres. Officiellement, cette tournée n’aurait pas reçu l’aval présidentiel.

De multiples sources non confirmées invoquent la possibilité d’un remaniement qui emporterait M. Gordhan. Le Rand (monnaie sud-africaine) a chuté de 1,7, entrainant avec lui les sociétés financières cotées sur le Johannesburg Stock Exchange, qui ont cédé 1,8%. Des analyses préliminaires ne manquent pas d’y voir un regain d’inquiétude chez les investisseurs. Ils craignent une nouvelle crise de confiance entre le président Zuma et Pravin Gordhan. Résultat de recherche d'images pour "jacob zuma"

Cette nouvelle sortie de Jacob Zuma, est la mauvaise surprise à laquelle le marché sud-africain ne s’attendait pas. Après avoir frôlé la dégradation des agences de notation en fin 2016, l’Afrique du Sud était en train de regagner point par point, la confiance de ses investisseurs.

Le rappel de Pravin Gordhan ne jette pas seulement un doute sur l’économie sud-africaine. Il remet en cause l’émission, sur le court terme, de l’eurobond de 2 milliards $ annoncé par son gouvernement, il y a quelque peu. Il risque enfin de relancer l’hémoragie de certains investisseurs internationaux qui préfèrent réorganiser leurs portefeuilles en réduisant leur exposition à l’Afrique du sud.

 

Idriss Linge(Agence Ecofin)

Comments

comments