La Guinée équatoriale s’engage à continuer de soutenir les opérateurs étrangers dans son secteur des hydrocarbures
Les nouvelles règles introduites par la Banque des États de l’Afrique centrale ont créé un environnement difficile pour les investissements étrangers dans les États de l’Union CFA ; Le ministère des Mines et des Hydrocarbures continuera de soutenir les opérateurs étrangers dans son secteur des hydrocarbures ; La Guinée équatoriale continue d’être proactive en encourageant les investissements étrangers directs dans le pays.

Le ministère des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale (MMH) reconnaît que les nouvelles mesures financières adoptées par la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) créeront des restrictions pour les compagnies pétrolières internationales. Le MMH est prêt à fournir un soutien continu à ses opérateurs étrangers qui investissent davantage de capitaux dans les ressources de la Guinée équatoriale.

En juin, la BEAC a introduit de nouvelles règles pour mettre de l’ordre dans un bloc monétaire inondé de pétrodollars – qui se retrouvent souvent dans des comptes bancaires offshore après avoir complètement ignoré les économies locales – et freiner le blanchiment d’argent et la diminution des réserves de change qui provoquent des pénuries de trésorerie à travers l’union des pays CFA.

Les nouvelles règles stipulent que tous les transferts de devises de plus de 1 680 dollars doivent être approuvés par la Banque et que tous les produits d’exportation supérieurs à 8 400 dollars doivent être rapatriés en 150 jours sur un compte bancaire local. Ces règles strictes ont entraîné des retards de transaction pouvant aller jusqu’à trois mois.

« La Guinée équatoriale comprend la nécessité d’être proactif dans la promotion des investissements et de toucher les acteurs mondiaux de l’énergie. Nous continuerons de soutenir les investissements dans notre secteur des hydrocarbures, malgré des circonstances difficiles. Nous invitons tous les investisseurs à nous aider à développer davantage notre pétrole et notre industrie », a déclaré S.E Gabriel Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale.

L’Union centrafricaine du CFA comprend le Tchad, la République du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Cameroun et la République centrafricaine – tous sauf le dernier sont parmi les principaux producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne, dont les transactions financières sont parmi les plus opaques au monde.

Source: APO Group pour JMI

Comments

comments