Le 9 novembre 2008, l’incroyable nouvelle tombait sur les téléscripteurs des rédactions du monde. Miriam Makeba Mama Africa a rendu l’âme sur scène en Italie, victime d’un malaise après avoir chanté son tube mondial ‘’ Pata Pata’’. A plus de 75  ans, militante engagée, elle s’était rendue à Caserte près de Naples pour participer à un concert de soutien à l’écrivain italien Roberto Saviano, menacé par la mafia suite à la publication de son livre, ‘’ Gomorre’’.

Miriam Makeba est née le 4 mars 1932 à Johannesburg, à une époque de dépression économique. Sa mère, une employée de maison, a été emprisonnée pendant six mois pour avoir brassé de la bière de façon illégale, afin de joindre les deux bouts. Miriam est allée en prison avec elle alors qu’elle n’avait que 18 jours. Elle a grandi à Nelspruit où son père était employé chez Shell Oil.

Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"La mère de Makeba était également sangoma ou praticienne de phytothérapie, de divination et de conseil dans les sociétés traditionnelles zoulou, xhosa, ndebele et swazi (nguni) de l’Afrique australe. Son père mourut à cinq ans. Dès son jeune âge, Makeba adorait chanter à l’église et a joué son premier solo lors de la visite royale en 1947. Miriam a commencé sa vie professionnelle en aidant sa mère à nettoyer les maisons. Dans les années 1950, elle vivait à Sophiatown, un lieu dynamique et l’un des rares endroits où toutes les races pouvaient se côtoyer. C’était la scène de la musique kwela, du marabi et du jazz africain et la musique big band est devenue populaire.

Miriam Makeba a commencé sa carrière musicale en tant que chanteuse pour le groupe de son cousin, les frères cubains, mais ce n’est que lorsqu’elle a commencé à chanter pour les frères Manhattan en 1954 qu’elle a commencé à se faire connaître. Elle a fait des tournées en Afrique du Sud, au Zimbabwe (ex-Rhodésie) et au Congo jusqu’en 1957. Après cela, Makeba a chanté pour le groupe 100% féminin, les Skylarks, qui combinent jazz et mélodies traditionnelles africaines. Les apparitions de Makeba dans les films  Come-Back Africa  (1957) et en tant que réalisatrice féminine dans King Kong  (1959) de Todd Matshikiza ont  renforcé sa réputation dans l’industrie de la musique, à la fois localement et à l’étranger. Elle a ensuite épousé son  King Kong Co-star, Hugh Masekela, en 1964. Makeba est arrivée à New York en novembre 1959, avant de se résigner à l’exil après le refus de l’Afrique du Sud de renouveler son passeport.Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"

King Kong était  un boxeur qui tue sa chérie et meurt plus tard en prison. La comédie musicale, présentée comme un «opéra de jazz», a connu un grand succès en Afrique du Sud. Pour éviter les lois d’apartheid qui divisaient le public, la comédie musicale était souvent interprétée dans des universités. Pour son petit rôle dans Come-Back Africa (en tant que chanteuse de « shebeen » interprétant les titres « Lakutshon Ilanga » et « Saduva »), Makeba a été envoyée au festival du film de Venise en 1959 pour pouvoir recevoir personnellement un prix pour le film. Le film était un documentaire sur l’Afrique du Sud réalisé par un réalisateur américain, Lionel Togosin. Makeba a rapidement eu des problèmes avec les autorités sud-africaines, qui avaient suscité une attention négative lors de la présentation du film. Par conséquent, Makeba a décidé de ne pas retourner en Afrique du Sud,  où elle n’avait que peu ou rien en termes de rémunération pour ses prestations.

Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"Le gouvernement sud-africain a ensuite révoqué son passeport et lui a refusé la possibilité de retourner en Afrique du Sud. Elle fut la première musicienne noire à quitter l’Afrique du Sud à cause de l’apartheid et au fil des années, beaucoup d’autres la suivirent. Makeba se réfugia à Londres après le festival du film de Venise et rencontra Harry Belafonte, qui l’avait aidée à émigrer aux États-Unis. Au début des années 1960, elle se rendit célèbre aux États-Unis pendant la nuit et se produisit pour l’ancien président américain John F. Kennedy au Madison Square Garden en 1962. Marlon Brando, Bette Davis, Nina Simone et Miles Davis figuraient parmi ses autres admirateurs.Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"

Makeba a déclaré à propos des personnes imitant son « look »: « Je vois d’autres femmes noires imiter mon style, qui n’est pas du tout un style, mais nous laissons simplement nos cheveux être eux-mêmes. Ils l’appellent le look Afro. »

En 1960, lorsqu’elle tenta de retourner en Afrique du Sud pour les funérailles de sa mère, elle découvrit que son passeport avait été révoqué. En 1963, elle a témoigné à propos de l’apartheid aux Nations Unies et sa nationalité sud-africaine lui a été retirée. Elle vit ensuite aux États-Unis et ses disques sont interdits en Afrique du Sud. En 1966, elle remporte un Grammy Award pour An Evening with Harry Belafonte en 1965. Elle est également la première femme noire à avoir un Top Ten mondialement connu avec Pata Pata. en 1967. Au total, elle a enregistré quatre albums aux États-Unis. C’est aux États-Unis qu’elle a également enregistré son célèbre Qogothwane (The «Click» Song).

En 1968, elle a épousé Stokely Carmichael, militant des droits civils afro-américain et militant pour les Black Panthers, mais le gouvernement américain l’a harcelée et l’a forcée à déménager en Guinée. Ils se séparèrent en 1978. Après s’être installée en Guinée, Makeba réussit à trouver du travail en dehors des États-Unis. Elle a fait des tournées en Europe, en Amérique du Sud et en Afrique dans les années 1970 et 1980. Au cours de ces années, elle se produit principalement dans les salles syndicales, les institutions culturelles et sur d’autres petites scènes. Elle est également apparue dans des festivals de jazz comme le Montreux à Berlin. Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"C’est durant cette période que Makeba s’est adressée à deux reprises à l’Assemblée générale des Nations Unies, s’opposant à l’apartheid en tant que délégué guinéen auprès des Nations Unies. En 1986, elle a reçu le prix Dag Hammerskjold pour la paix de l’Académie diplomatique pour la paix.

Selon sa biographie, Makeba a vécu une période difficile dans les années 80, car elle s’est séparée de Carmichael et sa fille Bongi est décédée dans des circonstances tragiques. Elle lutta également contre l’alcoolisme et le cancer du col de l’utérus au cours de cette période.Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba stokely carmichael" En 1987, elle rejoignit la tournée très réussie du chanteur folk américain Paul Simon Graceland dans le Zimbabwe nouvellement indépendant. Le concert présentait des sonorités multiculturelles et attirait l’attention sur les politiques racistes toujours en vigueur en Afrique du Sud, malgré le fait qu’il s’agissait d’une violation technique du boycott culturel de l’Afrique du Sud. Après Graceland, Miriam a été très sollicitée et a joué devant les chefs d’État et même avec le pape. En 1990, Nelson Mandela, dirigeant de l’ANC, a été libéré de ses 27 ans de prison et a encouragé Miriam Makeba à retourner en Afrique du Sud. Elle est ensuite revenue, après 31 ans d’exil, Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"

Après son retour en Afrique du Sud, Makeba a du mal à trouver des collaborateurs, mais six ans plus tard, elle produit l’album «Homecoming». En 1997, elle entreprend sa tournée Farewell et figure dans le film Mama de Véronique Patte Doumbe. En 1998, elle fait une tournée en Afrique, aux États-Unis et en Europe et vend des salles de cinéma. En 2002, Makeba a joué dans le documentaire passionnant et passionnant Amandla de Lee Hirsch sur le rôle déterminant de la musique dans la lutte contre l’apartheid. La ville de Berkeley a proclamé le 16 juin Journée du Miriam Makeba et elle a reçu la plus haute décoration de la Tunisie. En 1999,  Nelson Mandela lui a  décerné le Presidential Award. Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"

En 2005, Makeba a annoncé sa retraite pour l’industrie de la musique grand public, mais elle a continué à faire des apparitions et à faire plus de performances. A travers sa carrière Makeba a insisté su le fait que sa musique n’était pas consciemment politique dans une interview avec Time, elle a dit: « Je suis pas une chanteuse politique « Je ne sais pas ce que le mot veut dire. Les gens pensent que j’ai consciemment décidé de raconter au monde ce qui se passait en Afrique du Sud. Non! Je chantais ma vie, et en Afrique du Sud, nous avons toujours chanté ce qui nous arrivait – en particulier les choses qui nous ont fait mal « .Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba"r le biais de sa Fondation Zenzile Miriam Makeba, notamment du Centre de réadaptation Miriam Makeba pour filles maltraitées. Elle a également soutenu des campagnes contre la toxicomanie et la sensibilisation au VIH / sida. En outre, elle a été nommée ambassadrice de bonne volonté du président Mbeki à l’ONU.

Makeba est décédé en 2008, à l’âge de 76 ans, après une crise cardiaque après une performance de 30 minutes lors d’un concert pour Roberto Saviano près de la ville de Caserta, dans le sud de l’Italie. « J’ai gardé ma culture. J’ai gardé la musique de mes racines. À travers ma musique, je suis devenue cette voix et cette image de l’Afrique et des peuples sans même m’en rendre compte » – Citation dans la biographie de Makeba (2004)

Thierno Saïdou DIAKITE pour JMI

Copyright © 2019 JMI JustinMorelJunior.Info  Résultat de recherche d'images pour "miriam makeba stokely carmichael"

Comments

comments