L’ex vice-président du principal parti de l’opposition (UFDG), devenu le président de la  nouvelle formation politique, l’Union pour la Démocratie et le développement (UDD), Bah Oury a été reçu ce mercredi, 25 septembre 2019, par le premier ministre Dr Ibrahima kassory Fofana  dans le cadre des consultations nationales.

Au sortir cette rencontre avec le premier ministre, Dr Ibrahima kassory Fofana, le nouveau président du parti UDD, Bah Oury a déclaré devant un parterre de journalistes que : « Nous avons indiqué au Premier ministre que ce serait contre-productif pour nos intérêts nationaux d’aller dans le sens d’une modification ou d’un changement constitutionnel, pour des raisons géostratégiques que vous connaissez.. ».

L’ex-ministre de la Réconciliation nationale a également dit que «l’espace CEDEAO n’est pas favorable, nos partenaires stratégiques également, la France, l’Union Européenne et les États-Unis ne sont pas favorables ».

Puis de lui rappeler que : « La charte africaine pour la démocratie des élections et la gouvernance, en son article 24 est très explicite : il considère comme changement anticonstitutionnel, tout amendement ou révision constitutionnelle ou changement constitutionnel qui porterait atteinte à l’alternance démocratique ». 

Bah Oury insiste : « et tout état, parti qui serait pris en défaut dans ce sens sera sanctionné par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine ».  

Il a ensuite dit sa profonde conviction : «Je ne peux pas penser que le président Alpha Condé, qui a été de manière brillante, un des porte-parole sur l’ensemble des continents, au nom de l’Union Africaine, puisse être en porte-à-faux par rapport à la charte fondatrice de cette union qu’il chérit de tout son cœur ».Aperçu de l’image

Depuis la Primature , Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments