Accompagnée de trois collègues, la ministre en charge des équipements et infrastructures a fait le point sur ce qui secoue le pays depuis peu. Une sortie où le gouvernement malien a appelé les contestataires de Gao et Tombouctou à savoir raison garder suite au blocus de l’aéroport desservant la zone.

D’entrée de jeu, c’est le porte-parole du gouvernement Yaya Sangaré qui s’est exprimé. Le ministre en charge de la communication a qualifié de « légitimes » les revendications citoyennes du côté de Gao, Menaka et Tombouctou. Il a appelé les meneurs à plus de retenue sachant que le Mali traverse une crise multi-sectorielle. Les propos attribués aux PM Dr Boubou Cissé par la jeunesse du Nord, ont été démentis par Yaya Sangaré. « Pour construire le pays , il faut le calme et la sérénité » a-t-il lancé.

Le titulaire du département de la communication a rappelé que le gouvernement n’est pas l’interlocuteur direct de facto: les autorités locales font partie du système de gestion de la fronde. Et d’indiquer à l’attention du pays profond que le PM (actuellement en mission à Paris) ira au Nord. Pour Yaya Sangaré , la question des routes n’est lancement prise à la légère d’où la présence du PM dans la région de Kayes. « Le Dr Boubou Cissé ira écouter tout le monde. Il ne faut pas oublier que nous évoluons en budget programme, chose à ne pas prendre à la légère ».

Madame Traoré Zeinab Diop rappellera que son département reste attaché au déclenchement ainsi qu’à l’entretien des routes dans la vision du Président IBK. Pour la principale concernée par le point de presse ,tout est fait pour que le Mali soit doté d’un réseau routier important. Elle a cité en exemple les axes Kayes-Sadiola , Bougouni-Kolondieba ( frontière Côte d’Ivoire),l’axe Bamako-Koulikoro… Au sujet de Sévaré- Gao, la ministre des infrastructures a révélé que c’est la BADEA qui a répondu aux appels émis par le Mali.

Durant l’hivernage, certains travaux ne peuvent se faire : « l’eau et le bitume ne font pas bon ménage » a -t-elle lancé. Zeinab Diop précise que plusieurs facteurs déterminent la route ainsi que le plan de financement pour la construire.

L’homologue de Moustapha Naité rappellera que les travaux ont été arrêtés dans les zones à risques, afin que l’armée malienne prenne des dispositions sécuritaires. Ce qui permettra aux sociétés engagées et autres acteurs à œuvrer paisiblement pour achever les ouvrages. Elle ne manquera pas d’ajouter que son département vient toujours en appui aux communes et autres localités afin de contribuer à la prise en compte de certaines voies.

Son successeur au ministère des transports a tenu à faire des mises au point. Il s’agit de l’actuel ministre de l’agriculture Moulaye Ahmed Boubacar qui était en tournée à Tombouctou, au moment des faits. Venu superviser le plan agricole national, il a croisé les autorités locales pour venir aux nouvelles, après avoir échangé avec le PM, qui a démenti les allégations le concernant.

Aux dires de Moulaye Ahmed Boubacar, l’imam a canalisé la jeunesse qui demandait la présence immédiate du chef du gouvernement pour discuter. Les députés de Diré, Tombouctou, Rhaous et Goundam étaient en sa compagnie.

Des restitutions ont été faites par le ministre originaire de Tombouctou ainsi qu’une conférence de presse avec les médias locaux. Le patron de l’agriculture a révélé avoir investi les radios de la zone, pour expliquer la réalité des choses. Moulaye Ahmed Boubacar a argumenté qu’aucun gouvernement ne peut se passer de Tombouctou, qui reste un passage obligé pour le Mali à travers le monde.

C’est justement ce qui a conduit le ministre en charge du dialogue social à prendre la parole. Hamadoun Dicko a estimé que beaucoup font dans l’abus lors des revendications. Il a appelé au civisme en insistant sur une chose : « le Mali est en guerre ». Pour le ministre du travail, il faut éviter les interférences, car aucune raison ne justifie que le PM refuse d’agir pour quelque endroit du Mali que ce soit.

A l’endroit des jeunes qui battent le pavé il a lancé cet avertissement : « On ne peut pas tout prévoir à voir. La citoyenneté doit être revue car on abuse trop de la faiblesse de l’Etat ».

Cette sortie du gouvernement situe ainsi sur les dispositions prises pour contenir les exigences populaires au sujet des routes. Hélas, la grogne a repris de plus belle conduisant les ministres concernés à entamer une sortie pour apaiser les tensions.

Le retour du PM Boubou Cissé est vivement souhaité afin d’en savoir plus car il ira bien en tournée à Tombouctou et Gao ainsi que Kidal.

 

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant particulier de JMI au Mali

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments