Le Mouvement pour l’Alliance Nationale Patriotique (MANP), a tenu un point de presse, jeudi 5 septembre 2019, à Conakry, placé sous le thème ‘’retour aux valeurs de 1958 pour la renaissance de la Guinée’’.

Cette nouvelle alliance regroupe quelques syndicats, la société civile, quelques personnalités ayant vécus les périodes d’accession à l’indépendance de la Guinée et partis politiques.

Au cours de ce point de presse, le porte-parole de ladite alliance M. Boubacar Sylla a, dans une déclaration, souligné que depuis 1958, les pouvoirs se succèdent en Guinée sans aucun changement véritable. « Chaque arrivant continuent les tares du précédent en les aggravant et en ajoutant ses propres maux.  Les virages historiques de 1984 et 2009/2010 se sont transformés pour le peuple en mirages et faux départs, tant que les espoirs ont été déçus. La cruelle vérité est qu’au-delà des dirigeants, tous accrochés à la présidence à vie, c’est la continuation et la perpétuation du même système, obstacle infranchissable pour le développement économique, social et culturel de notre peuple qui est en jeu », rappelle-t-il.

Dans la même optique, M. Sylla a soutenu que considérant le dangereux vide institutionnel dans lequel l’actuel chef de l’Etat a installé notre pays, et pour sortir définitivement de ce système criminel, anti-démocratique et corrompu, ils exigent à effet immédiat : « La dissolution de l’Assemblée National qui, n’a plus de mandat du peuple, la dissolution de la Commission Nationale Electorale Indépendante (CENI), bras du pouvoir chargée d’organiser des élections qui ne sont pas libres, ni honnêtes, ni transparentes. A ce titre de mesure de sauvegarde, l’interdiction immédiate de tout nouveau contrat minier et de pêche etc… ».

Le président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) M. Mamadou Baadico Bah, a mentionné que cette alliance a pour ambition de rassembler réellement toutes les forces sociales et politiques attachées au changement véritable du système politique qui, a amené le pays à la catastrophe depuis 1958.

« J’insiste pour dire que ce n’est pas l’UFD seule, la société civile est prédominante. Puis que, nous avons l’intention de mettre que la société civile joue son rôle de défense des intérêts citoyens. Nous  ne sommes  pas là dans des péripéties de changement de pouvoir actuel mais, Dans le cadre du changement du système qui a détruit ce pays par la gestion catastrophique de tous ces régimes qui, ont précédé » conclut-il.

 

Oumar KEITA pour JMI   

Copyright © JMI – JustinMorel.Info               

Comments

comments