Le Japon en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a procédé  mardi 6 août 2019, à la remise  d’un lot d’équipements roulants et outils informatiques à l’Agence Nationale de l’Aquaculture de Guinée (ANAG).

Cette rencontre a connu la présence du représentant du PNUD en Guinée, de l’Ambassadeur du japon en Guinée, du secrétaire général du ministère de la pêche et des cadres dudit département.

Cette remise de dons s’inscrit dans le cadre du développement de la pisciculture en Guinée. Il est composé de deux véhicules Toyota 4×4 double cabine, 15 motos de terrain, 6 ordinateurs portables, 2imprimantes,  2 fauteuils bas dossier et 6 chaises visiteurs.

Le représentant a.i du PNUD en Guinée, M. Eloi Kouadio IV, a  remercié les cadres du ministère de la pêche pour l’accueil chaleureux réservé pour sa délégation. « Je suis honoré d’être à vos côtés pour procéder à la remise de ces équipements à une direction  technique, qui a vu le jour il y a si peu.  La mise en place de cette structure technique s’inscrit dans le cadre  des actions  du gouvernement de Guinée que le PNUD s’emploie à accompagner dans le cadre de l’atteinte des objectifs  du développement durable », a-t-il mentionné.

Selon lui, promouvoir  l’aquaculture c’est mettre à la disposition  des populations et des communautés  des moyens de subsistance,  mais aussi et améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des zones ciblées. « Trois préfectures ont été identifiées. Le PNUD en partenariat avec l’ANAG ont identifié  ces 15 sites.

Aujourd’hui, avec les experts du Japon mais aussi ceux du PNUD, la phase pilote donne l’opportunité de mettre en œuvre une administration  de l’expertise technique  nationale avec le soutien d’une expertise internationale de qualité.

L’équipe veille au sein de l’unité, pour assurer la facilitation des ressources mises à dispositions par le gouvernement du Japon,  à savoir un financement  à hauteur d’un million de dollars US, qui permet  de pouvoir administrer  les trois composantes  représentées  en termes de renforcement de capacité  de la structure mais aussi, de faciliter la mise en place de chaine de valeur, qui doit permettre aux communautés d’améliorer  le niveau de revenu, d’assurer le service de qualité alimentaire afin de contribuer à faire de la Guinée, un pays émergent  à l’horizon 2040.

Pour M. Eloi Kouadio IV  du PNUD, ce projet pilote donnera l’opportunité à l’ambassadeur du japon et au secrétaire général  de consolider la  collaboration  entre la République de Guinée et le Japon, à travers un facilitateur qui est le PNUD. « Avec des ressources certes modestes, le PNUD poursuivra son accompagnement  et à le consolider pour faire en sorte que des ressources  du gouvernement japonais puissent être administrées de la manière la plus responsable », a-t-il rassuré.

Dans son intervention, l’ambassadeur du Japon en  Guinée M. Hideo MATSUBARA,  a noté que ces équipements contribueront à la mise en œuvre du projet d’appui au développement de l’aquaculture en Haute Guinée, qui est fiancé par le Japon et mis en œuvre conjointement par le PNUD et l’ANAG.( l’Agence Nationale de l’Aquaculture de Guinée).

« Le Japon a déjà financé deux micro-projets d’aquaculture en Haute Guinée qui ont démontré la faisabilité et la pertinence de cette activité dans cette région.  La Haute Guinée est une région  particulièrement vulnérable  à l’insécurité alimentaire. C’est pourquoi, le gouvernement du Japon a accepté d’accorder un montant d’un million de dollars (1.000.000 USD), soit environ neuf milliards trois cent millions de francs guinéens (9.300.000.000 GNF), au projet d’appui et de renforcement de capacités à l’ANAG récemment créée, présenté par le  programme des Nations Unies pour le développement ».

Le  diplomate nippon a dit que ce projet met en pratique un des objectifs du plan national de développement économique  et social 2016-2020 de la Guinée, qui est de développer le potentiel économique halieutique, de concourir à atteindre la sécurité alimentaire et de contribuer à l’augmentation  des exportations de la Guinée.

Du côté du ministère, le secrétaire général du ministère de la pêche, Alkhaly Sophiane Sankhon et le Directeur General de l’Agence Nationale de l’Aquaculture en Guinée, Sidiki Keita  ont à leur  tour remercié le Japon et le PNUD pour ce geste. Ils ont aussi promis d’utiliser ces équipements à bon escient pour la qualification de l’Aquaculture en Guinée.

 

Oumar KEITA pour JMI 

Copyright © 2019 JMI JustinMorelJunior.Info     

Comments

comments