Suite aux nombreuses « élucubrations » portant atteinte à la dignité de l’honneur de la Secrétaire Générale du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), madame Kadiatou Diallo, les Bureaux Nationaux (des femmes et des jeunes) de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) en collaboration avec le Réseau des Organisations Féminines (ROF) de Guinée, ont au cours d’une déclaration rendue publique, devant un parterre de journalistes, déploré cet état de fait à l’endroit de leur camarade.

Au cours de ce point de presse, la Secrétaire Générale Adjointe de l’USTG, chargée des questions féminines, madame Makoura Onipogui, a souligné que   ces différentes déclarations ignominieuses, calomnieuses et éprouvantes à l’endroit ci responsable et d’une si importante Institution, leurs indignent surtout qu’elles sont faites à travers les réseaux sociaux et en de termes qui dépassent toutes de virulence et de diffamation.

« Cet acte de cybercriminalité poursuivi et entretenu suite à la publication de la lettre rédigée par l’International de l’Education (IE) et signée par son Secrétaire Général, du 24 juin et adressée au dit SLECG du camarade Aboubacar Soumah a mis en déroute les membres de cette organisation fantôme qui voulait de la place au soleil », rappelle-t-elle.

Pour madame Makoura, ceci est non seulement un acte de violence et de harcèlement fait aux femmes mais aussi une cybercriminalité qu’elles ne pourront ignorer, car dit-elle : « pendant les travaux de la dernière Conférence Internationale du Travail à Genève, travaux auxquels madame a assisté, une convention internationales et des recommandations ont été faites pour lutter avec fermeté et détermination contre des tels actes, plus jamais acceptables ».

Par ailleurs, madame Onipogui a mentionné que les Bureaux Nationaux (Femmes et Jeunes) de l’USTG, conduits par son brillant et jeune Secrétaire Général Abdoulaye Camara, s’insurgent contre un tel traitement à l’endroit d’une femme leader dans notre pays.

« C’est pourquoi, ils demandent le soutien et l’appui de toutes les organisations de jeunes et des femmes en République de Guinée pour une mobilisation puissante,afin de mettre un terme à de telles attitudes d’un autre âge ».

De son côté, la présidente du Réseau des Organisations Féminines (ROF) de Guinée, madame Hadja Fatoumata Kaba a ajouté qu’elles sont indignées et condamnent avec toutes les énergies les violences du camarade Aboubacar Soumah,dissident du SLECG à l’encontre de madame Kadiatou Bah Secrétaire Générale de SLECG, membre du bureau exécutif national.

« Soyez rassures que ROF Guinée n’allait jamais associer son image à cette conférence si, se combat était strictement syndical. Mais, nous nous sommes demandés si, les relations intimes supposées ou réelles ont un quelconque lien avec une lutte syndicale.Hier c’était la dame Domany Doré qui était épinglée, aujourd’hui, c’est le tour de la camarade Kadiatou Bah. Qui sera alors la suivante demain »

Pour clore, madame Kaba, a noté, que  ROF Guinée déclare qu’elle est prête à soutenir Kadiatou Bah,pour la suite qu’elle donnera à cette affaire et,  restera fidèle à sa défense de discriminations et accusations infondées dont elle a été victime,pour bannir les violences faites aux femmes.

Oumar Kéïta pour JMI  

 JustinMorel.Info Copyright © JMI 

Comments

comments