La coalition Mouvement des Jeunes Visionnaires de Guinée (MJVG), a au cours d’une conférence de presse déclaré, devant un parterre de journalistes, sa position pour faire adhérer le peuple de Guinée à l’esprit d’une nouvelle Constitution.

Dans son intervention, le président de dudit mouvement, M. Moussa Condé a fait savoir que le débat sur cette question, ne doit pas être biaisé par le fait du positionnement politique des uns et des autres.

« Il faut toujours éviter les propos du genre. Les promoteurs d’une nouvelle Constitution seront traités comme des criminels, ou ils seront poursuivis en justice… Il ne faut jamais considérer l’option d’une nouvelle Constitution comme une déclaration de guerre contre une République, de tels propos sont regrettables : on ne défend pas une Constitution en la violant », martèle-t-il

Pour le conférencier, au terme des dispositions des articles 7 et 11 de la Constitution de 2010, chaque citoyen est libre de croire, de penser et de professer ses opinions politiques et philosophiques, il est libre d’exprimer et  diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image, surtout quand il s’agit d’une question  d’intérêt nationale comme l’élaboration de la nouvelle Constitution!

« Pour la paix sociale et la construction d’une véritable société guinéenne démocratique, il faut savoir garder raison, car seule la sérénité va permettre de bien comprendre l’objet de la question juridique à débattre, en excluant les amalgames politiciens qui dénaturent l’objet et l’enjeu d’un débat qui doit être constructif ».

M. Condé a indiqué que pour répondre aux préoccupations, il faut retenir que le pays a un président de la République, qui tire sa légitimité du peuple, une assemblée nationale qui tire sa légitimité du peuple.

« Alors que le texte fondamental censé organiser tous ces pouvoirs publics, tire lui, sa légitimité du Conseil National de Transition CNT, composé de 159 personnes émanant de groupe sociaux dites Forces Vives qui, ont été coptées par des intérêts particuliers. Personne ne remet en cause la validité de l’actuelle Constitution qui est un acte consensuel octroyé par le CNT au peuple de Guinée »,démontre-t-il.

Selon lui, il faut profiter de l’opportunité pour la rendre sa légitimité référendaire, et dans ce cas, la revoir afin de corriger les dysfonctionnements, les incohérences et les limites qui ont été constatées.

« Il appartient à l’élite d’agir avec plus d’objectivité, car la décision appartient au peuple, application des dispositions des articles 2 alinéa 1er, article 21 alinéa 1er, article 51 alinéa 1er, et puis article 52 alinéa 2 de la Constitution de 2010. Alors force est de retenir qu’il n’y a pas de moment idéal pour changer une Constitution, pourquoi pas maintenant! ».

Pour en conclure, M. Condé a noté que le débat actuel doit s’orienter avec sérénité, sans passion, ni menace comme on le constate sur les réseaux sociaux et médias. Par même occasion, le MJVG souhaite une large diffusion de l’avant-projet de la nouvelle Constitution pour compléter le débat.

Oumar KEITA pour JMI     

JMI  © Copyright . JustinMorel.Info 

Comments

comments