Sous la direction de son nouveau président, le ministre Bantama Sow, le Comité de pilotage du COCAN 2025 met les bouchées doubles pour tenir les délais du cahier de charges de la CAF. Curieusement, en dépit d’un silence radio, des actes sont posés.

Ainsi, depuis le lundi dernier, la réhabilitation de l’immeuble Siguiri sis à la cité chemin de fer de Kaloum est engagée. Offert par le chef de l’Etat pour servir de siège du COCAN 2025, ce bâtiment R+2 va abriter les différentes commissions et la direction des opérations en charge de l’organisation de la CAN 2025.

Sur un autre plan, dans les jours à venir, une mission mixte va se rendre sur les sites de compétition identifiés par le COCAN pour établir une base de données exploitables par les éventuels cabinets. Une démarche, qui indique tout simplement que nous entrons de plain-pied dans les préparatifs de la compétition.

Pour rappel, le nouveau format de la compétition, qui met désormais en jeu 24 équipes au lieu de 16 exige un minimum de six sites de compétition avec toutes les infrastructures y afférentes à savoir : un stade de compétition plus deux terrains d’entraînement, des réceptifs quatre étoiles, le signal satellite, des formations sanitaires équipées de laboratoires et matériels pouvant parer à tout cas d’urgence, des voies de communication fonctionnelles, la sécurité, etc…

En cette phase des préparatifs, le seul reproche que l’on pourrait faire au COCAN 2025, c’est le manque de communication. Et dire que le comité de pilotage est doté de deux rapporteurs…. curieusement silencieux.

L’opinion publique a besoin d’être rassurée sur notre capacité à pouvoir tenir les délais. Ensuite ce projet devrait bénéficier de l’adhésion de tous les compatriotes, qu’il s’agisse des Guinéens de la diaspora et de ceux du pays.

La CAN est avant tout l’affaire de tous les Guinéens. Et dans cette optique, seul un battage médiatique est susceptible d’impliquer nos compatriotes. Une façon de rallier les sceptiques et détracteurs de tous bords, qu’il faut absolument convaincre. C’est le challenge à relever maintenant par le COCAN 2025.

 

Thierno Saïdou DIAKITE pour JMI

 JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments