Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi, 30 mai 2019 , au siège du parti UPG de feu Jean Marie Doré à la Bellevue Camélia , le challenger de Me Alfred Jean Mathos, l’ex commissaire de la CENI, entouré d’une vingtaine des militants et sympathisants du parti et des deux députés de ladite formation politique à l’Assemblée nationale notamment, les honorables Christian Sineta Touré et Yaradouno,   Jacques Gbonimy a déclaré devant un parterre de journalistes : «« je reste et demeure le président du parti reconnu par ses bases  ».

Dans une communication assumée, Jacques Gbonimy a dit devant  les militants et sympathisants du parti que son adversaire, Me Alfred Mathos, n’est plus légitime au sein du parti qui selon lui, son challenger a laissé le parti à l’abandon, pour militer au sein de l’UFR de Sydia Touré,  et il a obtenu un résultat très faible lors des élections communales.

«Pour toujours prouver l’illégitimité de sa présidence  pour le parti UPG, Me Alfred Mathos  s’est permis de se présenter sur la liste des candidats de l’UFR lors des communales. Ce qui est extrêmement grave, pour une personne se disant président d’un parti politique, se proclame être conseiller communal d’une autre formation politique  dans la  commune de Ratoma. Quel paradoxe ! Donc, une manière de vous dire que je suis le président légitime de l’UPG de feu Jean-Marie Doré,  parce que j’ai été élu par un congrès fondé et légitime adopté par les représentants à la base ».

Il a également précisé que récemment, le ministère de l’Administration  du Territoire et de la Décentralisation, dans une correspondance adressée au parti datant le 21 mai dernier et signée par son ministre, Général Bouréma Condé, a reconnu sa présidence pour le parti UPG au détriment de Me Alfred Mathos.

« Et, sachez que pendant que les sages de la  coordination de  la foret, nous ont demandé de surseoir à toute déclaration à la presse, pour que cette crise soit réglée à l’amiable au sein du parti, Me Alfred Mathos a accordé une interview à  une radio Bonheur FM, où il s’est permis de nous traiter de « brebis galeuses ». Et, pour ça, nous avons tenu à notre tour cette conférence de presse, dans le but d’éclairer l’opinion publique sur les raisons valables  de la crise qui mine  notre parti depuis un moment », a conclu le conférencier.

Nous avons tenté à maint reprises de joindre Me Alfred Mathos pour sa réaction concernant cette conférence de presse, mais en vain.

Attendons de voir !

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments