Le Bureau Exécutif entrant de l’Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI), a été présenté, mardi 16 avril 2019, à la Haute Autorité de la Communication (HAC) de Conakry.

Cette rencontre a été présidée par la présidente de la HAC, Madame Martine Condé. A cette occasion, le président entrant de ladite association, M. Alpha Abdoulaye Diallo a rappelé que le mandat du bureau exécutif sortant est arrivé à échéance, le 17 septembre 2018, face au refus d’organiser le congrès comme le prévoit les textes et règlements de l’AGEPI.

A cet effet, une pétition a été lancée à la suite de laquelle, un congrès a été organisé le 20 mars 2019, au musée national de Sandervaliah. « On nous enseigne toujours de respecter l’éthique et la déontologie. C’est ce qui nous conduit également à respecter les textes en vigueur en République de guinée. C‘est pour vous dire que nous avons respecté toutes les procédures comme il se doit » rappelle-t-il.

Pour M. Diallo, le congrès a été organisé en présence des ministères d’huissiers, l’installation du nouveau bureau également ainsi que toutes les autres procédures en pareil situation.

« Donc nous sommes aujourd’hui face à un défi, qui est celui de rassembler tout le monde autour de l’essentiel et rehausser l’image de marque de l’AGEPI qui est la mère des associations corporatives de la presse privée dans ce pays. Sous notre mandat, l’AGEPI devra retrouver toute sa place qu’elle mérite dans l’espace médiatique guinéen. Et dans ce cadre-là, nous avons tendu une main fraternelle aux membres de l’ancienne équipe, afin qu’ensemble nous puissions mettre de côté les égos, les intérêts personnels pour continuer ensemble à relever le défi que nous connaissons tous aujourd’hui, avec le tout numérique, l’édition des journaux a pris un recul. Les revenus également des éditeurs sont en perpétuelle baisse. Donc ce défi nous interpelle tous, et nous continuons à tendre la main », précise-t-il.

A son tour la présidente de la HAC, Madame Martine Condé, a félicité et remercié les membres du bureau entrant de l’AGEPI. Pour elle, ce problème-là, ne devrait pas être saisi par un huissier, parce que la HAC est  l’nstitution qui regroupe l’AGEPI et les autres associations de presse.

« La HAC est votre institution, où vous ne pouvez pas nous saisir par voie d’huissier. On n’est pas à la justice. Donc de grâce créer vous, à partir de maintenant une image responsable. Essayez d’éteindre le feu-là. Essayez d’interpréter les textes parce que, ces textes-là, ce sont des hommes qui les ont écrits. Il y a des moments où on ne peut pas les appliquer strictement parce que, nous avons à faire à des êtres humains. On dialogue, on fait un consensus et on marche avec. Je vous en prie, arrêtez cette histoire de plainte à la justice,  sinon c’est vous les journalistes, qui auriez honte! », conclu-t-elle.         

Oumar KEITA pour JMI 

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments