Dans la Commune Urbaine de Manéyah, préfecture de Coyah, une carrière d’argile en exploitation dans le quartier de ‘’Tafori’’, contribue à la dégradation environnementale de ladite localité,  il y a de cela un an.

Face à cette situation, une partie de la population a  déploré cet acte des responsables  du quartier qui,  ne contribuent pas à l’aménagement de leur terroir. C’est dans cette logique qu’ils se sont mis dans les rues, le weekend dernier, pour réclamer leur droit, tout en bloquant l’accès aux camions qui viennent se ravitailler en argile dans leur quartier.

S’exprimant à notre micro, M. Dantouma Bangoura, un des jeunes manifestants a dénoncé avec virulence : « Nous vivons dans cette poussière depuis un an!! Quand la carrière avait débuté, ils arrosaient au moins quelques fois. Mais ces derniers, ils ne le font plus. Pourtant le quartier amasse de l’argent à chaque chargement d’un camion », a-t-il déploré.

M. Bangoura précise que si les responsables du quartier ne font pas face à cette situation, les jeunes risquent de tomber gravement malade, parce que  vivre dans cette poussière en cette saison sèche, ne contribue qu’à nuire notre santé et celle de tous les enfants. Il tonne: « C’est pourquoi aujourd’hui, nous la population, nous avons décidé de mettre des barrières sur la route pour empêcher les véhicules de passer ici ».

De son côté, le responsable de la carrière, Fodé Momo Sacko, précise que cette période est très difficile pour la carrière, difficile depouvoir subvenir aux besoins de la population : « Ça ne veut pas dire qu’on a pas la volonté d’arroser la route. Si les citoyens se plaignent, ils ont parfaitement raison. Mais ce n’est pas de la sorte, actuellement par jour si nous recevons des chargements à notre carrière, ça ne dépasse pas 4 chargements par jour. Et les frais de location d’un camion citerne d’eau s’élève à 450.000 GNF », a détaillé M. Sacko.

Pour lui, la population doit aller vers les chefs de la localité afin que ceux-ci puissent faire leur mieux devant cette situation. Parce que cette carrière a toujours fait un compte rendu au quartier.

A noter que cette carrière d’argile est sous le contrôle des autorités préfectorales, communales et environnementales de la circonscription administrative de Coyah.

 

Oumar KEITA pour JMI     

JMI Copyright © JustinMorel.Info

+

Comments

comments