Récemment, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG),  Aboubacar Soumah a porté un doigt accusateur sur le minitre Abdoulaye Yéro Baldé, qu’il considère être à la base du blocus de l’enrôlement  des enseignants  du supérieur qui selon lui, est  prévu dans le protocole d’accord que son institution a signé avec le gouvernement au mois de janvier dernier.

Ce qui a conduit le meneur de la grève des enseignants du 12 février 2018, à menacer d’aller en grève,   si le  recensement des enseignants du supérieur n’ s’exécute  pas  dans les prochains jours.

Interpellée ce mercredi, 03 avril 2019 , par un reporter de justinmorel.info, sur cette crise qui ronge le mouvement  des syndicats d’enseignants,  le challenger d’Aboubacar Soumah, la syndicaliste de l’USTG version Abdoulaye Camara, Kadiatou  Bah a déclaré que « le camp d’Aboubacar soumah veut mordicus procéder au recensement des enseignants du supérieur pourtant, cela n’est pas inscrit  dans le contenu du  protocole d’accord avec le gouvernement ».  

Et de révéler: « Je vous informe que le ministre Yéro n’à rien voir dans le recensement des enseignants du supérieur. Ils ont un syndicat autonome, ils ont dit haut et fort que le camarade Soumah n’a pas son représentant au sein de leur institution, donc, il ne serait pas question qu’ils viennent faire  l’enrôlement », a déclaré la secrétaire générale du SLECG version l’USTG d’Abdoulaye Camara.

Notre interlocutrice a enfin réaffirméé que « Maintenant, si le gouvernement veut  qu’il ait l’accalmie, s’il voudrait qu’il ait l’apaisement, ils n’ont qu’à appeler ces syndicats de l’enseignement supérieur, les regrouper pour qu’il  fasse le travail  avec les techniciens au sein  des différentes instituions de l’enseignement supérieur ».

 

Propos recueillis par Léon KOLIE pour JMI   

JMI Copyright © JustinMorel.Info  

Comments

comments