C’est au cours d’une rencontre citoyenne, ce dimanche 31 mars 2019, au siège de la fondation éponyme, que Brice Dimitri Bayendissa, député de la deuxième circonscription électorale de Tié Tié, de Pointe Noire a demandé à l’échantillon des femmes organisé autour de lui de s’appliquer à la pratique de l’agriculture.

Si « ce que femme veut Dieu le veut », l’échantillon des femmes de Tié Tié 2, réuni autour de Brice Dimitri Bayendissa, a été invité à vouloir le travail de la terre.

Prenant appui sur le message du président de la République, sur l’état de la Nation, du 29 décembre 2018, devant le parlement en congrès, qui soutenait qu’ « Au niveau sectoriel, l’agriculture bénéficie d’une attention particulière, à l’effet de soutenir la production vivrière et infléchir la courbe de notre dépendance alimentaire », Brice Dimitri Bayendissa a exhorté ces femmes d’être des porte-voix auprès d’autres de cette bonne nouvelle, qui vise à intégrer la pratique de l’agriculture dans les habitudes.

Echangeant avec ces femmes sur la question du genre et en référence au thème de journée internationale de la femme tant au niveau national qu’international, le Député de Tié Tié 2 a demandé à la femme congolaise que « L’heure est venue : les activités rurales et urbaines transforment la vie des femmes ». De même qu’il en a appelé à «l’implication de la femme congolaise dans la lutte pour l’autosuffisance alimentaire».

Dans ce sens Brice Dimitri Bayendissa a insisté sur «L’importance du mouvement coopératif féminin » et sur l’accès au crédit et à la terre par la femme congolaise. 

Le Congo dispose de terres arables. C’est un potentiel sans laquelle il ne peut y avoir de récoltes, d’élevage ou de foresterie. Ainsi pour Brice Dimitri Bayendissa chaque femme devrait s’intéresser à l’agriculture pour une planification de l’agriculture nationale. En procédant de cette manière, on pourrait doter sa contrée d’une capacité physique d’accroître la production agricole, destinée à la consommation interne. Ce qui garantirait la paix et la sécurité, voire la liberté, puisque le peuple aura produit ce qu’il consomme.

Clôturant le mois de mars dédié à la femme, l’élu de Tié Tié 2 a placé chaque femme devant un challenge, à savoir faire de la question du genre une préoccupation pérenne, de tous les jours, afin de cristalliser cette lutte pour l’autonomisation de la femme.

Aussi Brice Dimitri Bayendissa a-t-il pris l’initiative d’organiser ces femmes en une association féminine, structurée en comités de quartiers. Et dans la perspective de la sortie officielle de cette organisation des femmes, dénommée les mamans de Brice Dimitri Bayendissa, prévue courant troisième trimestre de l’année en cours, des descentes seront entreprises à la base par le géniteur de l’idée, à savoir Brice Dimitri Bayendissa, afin de structurer davantage ce mouvement féminin en gestation.

En somme, cette rencontre citoyenne intègre l’ensemble d’actions que Brice Dimitri Bayendissa entreprend toujours dans le cadre de la promotion de sa politique de proximité, celle d’être plus proche de ses mandants et à la page de leurs soucis.

 

Miatoloka Boryce AGAPYTH pour JMI

Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments