C’est au terme d’une réunion de travail, tout récemment, à l’ambassade de la Namibie, à Pretoria, entre les dirigeants des deux fondations que cette collaboration a été envisagée.

Sur la base de leur vision commune, les Fondation Brice Dimitri Bayendissa et Lulama Voyi, s’engagent à travailler ensemble pour se soutenir mutuellement, afin de faire triompher l’idéal au cœur de l’action qu’elles mènent au quotidien, à savoir « Réclamer l’unité mondiale en travaillant ensemble pour créer une société durable où chacun est pris en charge. »

La dynamique qui s’enclenche, au travers de cette coopération, rendra possible l’appui de la Fondation Lulama Voyi, à la concrétisation de la feuille de route de la Fondation Brice Dimitri Bayendissa. Le président de cette fondation qui porte son nom, soulignant l’importance de diversifier les partenaires, afin d’être toujours au service des populations défavorisées, qualifie de nature et positive le partenariat qui lie désormais sa fondation à celle de Lulama Voyi. Puisque le travail à faire en commun portera sur l’apport de l’aide humanitaire, la production d’une main-d’œuvre et la qualité de vie de la population.

Si l’ambition fondamentale de la Fondation  Lulama Voyi, qui se ramène à ceci : « Évangéliser le confort social et manifester la bonté de l’humanité », n’est nullement contradictoire au combat de la Fondation Brice Dimitri Bayendissa, tout porte à croire, que ce partenariat s’assigne pour but de servir les communautés défavorisées et tourmentées par les maux de la société. A l’évidence, il permettra de « vaincre les maux sociaux au sein des communautés »

Autant dire qu’il s’agit là, d’une Collaboration entre deux fondations dans la mise en pratique des droits de l’homme par l’action collective.

Lulama Voyi qui travaillera, dorénavant avec Brice Dimitri Bayendissa, est bien la fondatrice et présidente de fondation éponyme et présidente du programme IHSA de la Fondation Lulama Voyi. C’est une figure importante et militante, en Afrique du Sud, du plaidoyer socio-économique, une militante humanitaire, une internationaliste, une idéaliste et une ennemie du désordre social avec des responsabilités qui lui ont été confiées pour prendre soin de l’humanité par le biais du Programme d’aide humanitaire et de solidarité internationale (IHSA) de sa Fondation.

En somme, la collaboration entre ces deux fondations, présenterait une stabilité et permettrait de vaincre, ainsi que de maîtriser les tourments qui empêchent la reconnaissance des droits de l’homme à travers l’action collective. Ce qui se présente, ainsi, comme une stratégie, un débouché à la réalisation de l’agenda 2030 des Nations Unies, précisément aller vers « l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD) »

 

 

MIATOLOKA Boryce Agapyth

Correspondant particulier de JMI au Congo

 JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments