Health workers wash their hands after taking a blood specimen from a child to test for the Ebola virus in an area where a 17-year old boy died from the virus on the outskirts of Monrovia, Liberia, Tuesday, June 30, 2015. Liberian authorities on Tuesday quarantined the area where the corpse of the boy was found, sparking fears this West African country could face another outbreak of the disease nearly two months after being declared Ebola-free. (AP Photo/ Abbas Dulleh)

Un village de RDC placé en quarantaine en juin 2017, lors d’une précédente épidémie d’Ebola. AFP/John Wessels

Un anticorps a été identifié chez un survivant de la plus grave épidémie d’Ebola à ce jour, qui a fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016.

Des chercheurs ont identifié un anticorps capable de neutraliser les trois souches du virus Ebola touchant l’homme. II s’agit d’une avancée importante dans la quête d’un vaccin universel contre cette maladie très souvent mortelle, selon une étude publiée lundi.

Cet anticorps a été trouvé chez un survivant de la plus grave épidémie d’Ebola à ce jour, qui a fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016, et qui est réapparu en mai 2018 en République démocratique du Congo.

LIRE AUSSI >Le virus Ebola frappe à nouveau en République Démocratique du Congo

« Le talon d’Achille » du virus identifié

L’anticorps découvert par des chercheurs américains pourrait permettre d’aller plus loin en développant un vaccin efficace contre les trois souches de virus Ebola qui touchent l’être humain (deux autres souches ne transmettent la maladie qu’aux primates non humains), explique un article paru dans la revue Nature Structural and Molecular Biology.

Selon Kartik Chandran, professeur d’immunologie à l’Albert Einstein College of Medicine à New York, son équipe est parvenue à identifier « le talon d’Achille » du virus. En analysant cet anticorps, déjà connu pour neutraliser deux souches d’Ebola, les chercheurs sont parvenus à montrer qu’il pouvait contourner les défenses de la troisième souche du virus. « La structure moléculaire révèle que l’anticorps arrive à atteindre une poche cachée, encastrée » du virus, a expliqué Erica Ollmann Saphire, du La Jolla Institute for Immunology, en Californie.

LIRE AUSSI >Comprendre l’épidémie en 4 infographies

En utilisant cette stratégie, qui déjoue les leurres mis en place par le virus, « l’anticorps peut viser efficacement une cible qui est commune à toutes les variétés de virus Ebola », a-t-elle ajouté. Le virus d’Ebola se transmet par le moindre contact avec les fluides corporels des personnes malades ou récemment décédées. Responsable de fortes fièvres et d’hémorragies, il est mortel dans 30% à 90% des cas selon les épidémies et le type de virus.

-

 Source : Le Parisien avec AFP|04 mars 2019, 22h28|

Comments

comments