A l’occasion de la journée internationale ‘’ Tolérance Zéro aux Mutilations Féminines / Excision’’ , célébrée ce 06 février 2019,  par  les autres pays du monde, la République de Guinée en a commémoré    sous le thème :  » Traduire les décisions politiques en actions concrètes à la base, pour accélérer la réalisation de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en 2030. »

Dans une déclaration, la ministre de l’Action sociale et de la Promotion féminine et de l’Enfance, a indiqué que la célébration de cette journée internationale, consacre en effet la reconnaissance de la dignité humaine de la femme et de la jeune fille, de jouir de son intégrité physique et morale dans le cadre de son épanouissement dans tous les domaines.

« Il est toujours important de rappeler que la protection des droits humains des femmes et des filles, constitue une préoccupation nationale, régionale et internationale, avec l’adoption d’instruments juridiques spécifiques, et d’un cadre programmatique approprié. Ainsi, depuis plus d’une décennie, de nombreuses initiatives, sur la base de la feuille de route nationale MGF, ont été prises pour infléchir la prévalence nationale,  notamment dans les domaines de la justice avec l’adoption du nouveau code pénal révisé pour la santé, l’éducation, ainsi que le secteur religieux ayant abouti à l’adoption d’une fatwa interdisant et démarquant la pratique de l’excision de la religion », a affirmé la ministre Hadja Mariam Sylla .

Selon elle, la récente révision du plan stratégique national, dans un cadre de concertation nationale inclusive pour une vision et des objectifs cohérents, viendra renforcer et consolider  ces acquis pendant les 5 prochaines années.

« Aussi, la déclaration des femmes ministres au cours de la conférence internationale d’Ouagadougou tenue en octobre 2018 sur les MGF, a été un acte majeur qui a appelé les chefs d’Etats de l’Union Africaine à plus d’actions sur la question récurrente de la pratique des MGF. En lien avec le thème international, le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, en collaboration avec les  Ministères sectoriels, les Partenaires Techniques et Financiers,  ainsi que les Organisations de la Société Civile (OSC), organisera pendant la quinzaine,  au niveau local et national,  une série d’activités en direction des décideurs à tous les niveaux, des composantes communautaires, des élèves , des  parents d’élèves et encadreurs, en vue de susciter leur engagement aux actions de promotion et de protection des droits humains de la femme en général, et de l’abandon en particulier de la pratique des mutilations génitales féminines », a noté dans la déclaration la ministre de l’Action sociale …

Elle a aussi dit qu’un accent particulier sera mis sur la concertation avec les professionnels et auxiliaires de la justice, en vue d’identifier les voies et moyens visant à renforcer l’application de la loi.

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments