SHARE

Le corps diplomatique accrédité au Congo s’est sacrifié au rituel de présentation des vœux de nouvel an avec le chef de l’Etat congolais, ce samedi, 05 janvier 2019. A cette occasion, Denis Sassou-N’Guesso a assuré que « la diplomatie congolaise reste ouverte, disponible pour l’Afrique et le Monde dans sa globalité. »

La cérémonie qui s’est déroulée au Palais du peuple a connu deux allocutions. L’ambassadrice de la RCA au Congo, Doyenne du corps diplomatique, Charlotte Fayanga qui a ouvert le bal a rendu hommage au président congolais pour ses efforts dans résolution des conflits aussi bien en Afrique qu’ailleurs. « […], depuis de nombreuses années, vous avez un rôle qui vous va si bien. Nous le connaissons tous, c’est celui de médiateur », a affirmé la doyenne du corps diplomatique qui a rappelé au passage que « le président congolais est sur plusieurs fronts de médiation : en Libye, en RCA, en RDC, etc. »

Madame Charlotte Fayanga n’a pas éludé la situation intérieure du Congo en reconnaissant les efforts du président de la République dans la recherche de la paix dans le département du Pool, dont les acteurs sont parvenus, le 23 décembre 2017, à la signature de l’Accord de Kinkala, relatif au cessez-le-feu et à la cessation des hostilités.

En réponse à ce tableau peint par la doyenne du corps diplomatique, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso a affiché la volonté de son pays d’offrir ses bons offices aux autres pays tant d’Afrique que du Monde, en vue de préserver la paix et la stabilité de la planète.

Dans cette perspective, Denis Sassou-N’Guesso, affirme que le Congo poursuivra sa « politique de bon voisinage, l’amitié entre les peuples, la non-ingérence et la coopération mutuellement bénéfique » qui, selon ses propos, « restent les maîtres mots intangibles » de son action à l’international. En Denis Sassou-N’Guesso a exprimé son espoir de voir en 2019, un monde juste, plus apaisé, généreux et solidaire, en dépit de l’ampleur des menaces et des fléaux à éradiquer.

Denis Sassou-N’Guesso, est revenu sur la problématique des changements climatiques pour laquelle il a sollicité l’implication de la communauté internationale.  « Pour endiguer le réchauffement du climat, l’implication de la communauté internationale se révèle impérative et, plus que jamais, urgente », a-t-il fait remarquer, tout en précisant qu’«il s’agit de notre survie collective, devant l’ampleur des désastres déjà observés. Même la santé mondiale est en danger, du fait des dérèglements climatiques. » Le chef de l’Etat congolais a rappelé l’organisation, par le Congo, en avril 2018, du premier sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo. Il a lancé un nouvel appel aux donateurs, afin de soutenir le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ; initiative salutaire, a-t-il dit qui participe à la préservation de la planète. « J’exhorte la communauté internationale à une mise à disposition pressante des financements nécessaires à la gestion durable des forêts du Bassin du Congo », a déclaré le chef de l’Etat congolais, sans manquer de rappeler la découverte des tourbières dans la Cuvette centrale du Bassin du Congo.

 La solution aux crises dans le monde

Les élections en RDC ont fait partie des préoccupations de Denis Sassou-N’Guesso qui a lancé un appel à l’apaisement aux forces vives de la République Démocratique du Congo, dans l’esprit des conclusions du mini-sommet conjoint CIRGL – SADC, tenu le 26 décembre 2018, à Brazzaville.

Président du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Lybie, Denis Sassou-N’Guesso, soutient que la voix de l’Afrique doit être écoutée dans la résolution de la crise que traverse ce pays depuis 2011. « Je réitère solennellement, ici, la nécessité de tenir une conférence de réconciliation inter-libyenne inclusive, préalable à un schéma consensuel de sortie de crise et, surtout, d’un processus électoral apaisé », a martelé le chef de l’Etat congolais.

En ce qui concerne, la RCA, le président congolais s’est dit favorable au déploiement des efforts dans le cadre de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation, afin de parachever le processus de retour de la paix et la quiétude en République Centrafricaine.

Denis Sassou-N’Guesso a, en outre, salué l’adoption récente, à Marrakech, du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, avant de féliciter le Docteur Denis Mukwege, qui s’est vu décerner le Prix Nobel de la Paix 2018, pour son combat contre les violences faites aux femmes.

En somme, le chef de l’Etat congolais est rassuré de savoir que le Congo poursuit sa marche vers le développement en comptant aussi sur ses partenaires.

 

MIATOLOKA Boryce Agapyth

Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE