’opérateur national a rejoint la sphère de la 4G. Une phase qui indique qu’aucun cadeau ne sera fait à son rival naturel en 2019.

C’est enfin fait : Malitel décroche la 4G sans la moindre propagande. Une bonne chose pour le monde de la téléphonie malienne qui franchit un cap. On se souvient qu’Orange Mali était dans cette lancée il y a plus d’une année.

Seulement, le rival de toujours a plus joué dans la propagande avant de rejoindre les rangs. Durant des mois , la 4G était annoncée sans réel impact. Au même moment, les clients se plaignaient des tarifs et services qui tendaient à ruiner les portefeuilles avec des coûts exorbitants à ne pas en finir.

Finalement l’opérateur filiale de France Télécom a fini par provoquer la journée de boycott d’Orange à Bamako ,il y a deux ans. Le mouvement a même été suivi dans certaines zones de l’intérieur. Un désaveu que Malitel n’a pas eu à subir depuis son existence. L’opérateur national qui était dans les cordes concernant MOBICASH, a pris une autre ampleur.

Le service est opérationnel et disponible , en plus qu’il soit visible partout malgré les séquelles provoquées par l’opération musclée d’assainissement de Bamako par l’ancienne Gouverneure Amy Kane.

Désormais , MOBICASH ( mobile money) est disponible dans la sous-région et les pays où le Groupe Maroc Télécom est présent. Pour preuve , MOOV Côte d’Ivoire fait l’objet d’une forte publicité dans ce sens depuis plus de deux mois. Ivoiriens et Maliens peuvent maintenant s’envoyer de l’argent par Mobile Money, aux bons soins de Malitel. Même au Togo ou au Bénin, cela est valable. La surprise est l‘association de l’image de l’artiste Sidiki Diabaté avec d’autres figures du continent à la dite campagne.

Malitel qui a rejoint son nouveau siège au quartier administratif de l’ACI à Bamako, ne fait donc pas de la figuration, tenant compte de l’arrivée d’un nouvel opérateur en Décembre dernier : TELECEL. L’arrivée de la 4G fera que beaucoup de choses seront comblées mais MALITEL se doit de pallier une chose : l’inexistence d’agences dans la cité.

S’il est normal d’apercevoir à tous les coins de rues des symboles d’Orange, il n’est pas acceptable que TELECEL qui vient d’arriver en soit presque à la même visibilité.

On ne doit pas oublier que Malitel fut le premier opérateur de téléphonie du Mali et jouit d’une ancienneté qui lui donne un certain poids.

Le manque d’agences à travers la capitale  malienne n’est aucunement acceptable surtout que le groupe a fusionné avec la SOTELMA qui a des antennes à travers le territoire national.

Au niveau de la sous-région le Mali n’aura plus à rougir à cause de MALITEL . Alors que les opérateurs téléphoniques y ont franchi le cap de la 4G depuis des mois voire des années, le Mali figurait parmi les bons derniers. Avec son effectivité chez deux des 3 opérateurs existants , on peut donc dire que la compétitivité des NTICs du pays est avérée.

La guerre s’annonce donc rude en 2019 sur ce plan au grand bonheur d’un seul bénéficiaire : la clientèle basée au Mali.

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant particulier de JMI au Mali

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments