Accordant un entretien ce lundi, 10 décembre 2018,  au site justinmorel.info, le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) , Dr Dansa Kourouma a déclaré que « le sujet de la violence contre les femmes est très important sur lequel les fameuses coordinations devraient se pencher parce que la violence c’est un problème de société. Et aujourd’hui malgré les lois de la République, nous avons des lois qui sont très complaisantes qui  tapissent dans l’ombre et qui croient toujours sur la suprématie de l’homme ».

C’est une conviction personnelle, le pays retrouvera la trajectoire du développement et du vrai développement durable, social, économique et politique. « Si on réduit les inégalités entre les hommes et les femmes. Les femmes ont plus d’énergie, elles sont plus intelligentes, plus honnêtes et plus engagées que les hommes. Et nous sommes dans une société où les hommes ont plus de droit que les femmes. Même-ci les lois existent, elles-mêmes elles sont complaisantes, parce qu’elles sont faites par une assemblée à majeur composé d’hommes, donc il y a un travail important à faire il faut avoir plus de femmes au sein du parlement que d’hommes. Ça permettra de rehausser le statut de la femme », a laissé entendre le leader du CNOSCG.

L’activiste de la société civile, se dit vraiment choqué : « Je crois que très sincèrement que le retrait de la loi sur la parité est une grande déviance de notre système de gouvernance. Cette façon de faire est à la base de l’entretien des inégalités dans notre société », a conclu notre interlocuteur.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments