SHARE

Lors d’une conférence de presse tenue lundi dernier à la maison commune des journalistes, le président du Bloc libéral désapprouve certaines démarches de l’opposition républicaine. Face aux hommes de média, Faya Millimono a annoncé une nouvelle forme de protestation, propre à sa formation politique, à l’en croire.

Selon l’opposant, sa formation politique a proposé, depuis 2015, à l’opposition de faire ses états généraux. « On a besoin de nous retrouver, de réfléchir sereinement pour trouver une autre manière de faire la politique. Il y a des études qui ont été faites, il y a eu des chercheurs qui ont vu des réalités ailleurs dans d’autres pays africains. Nous pouvons partager ces expériences pour voir si les actes que nous posons au quotidien sont efficaces et vont nous amener à la victoire. Sinon à quoi bon ? », s’est demandé.

« On a des regrets. Nous faisons semblant de promouvoir la démocratie alors qu’on est en train de promouvoir la dictature. Nous demandons à nos militants de sortir, de marcher alors que nous jouons des matches dont nous savons que toutes les règles sont violées », a assuré Dr. Millimono.

A la question de savoir s’il envisage de prendre ses distances avec l’opposition républicaine, il répond : « Nous ne sommes pas à cette décision d’abord. Nous sommes en train de nous battre de l’intérieur pour convaincre nos amis que lorsqu’on a utilisé une stratégie plusieurs fois, il faut la revoir. Albert Einstein disait que la folie, c’est lorsqu’on fait la même plusieurs fois la même chose et on s’attend à un résultat différent ».

Aussi, a-t-il demandé à ses pairs de l’opposition de s’inspirer de stratégies qui ont produit des résultats ailleurs.

«Il y a de stratégies contre la dictature qui ont fait leurs preuves comme au Burkina, en Egypte, en Tunisie, en Pologne, au Kossovo, en Birmanie. La Guinée peut s’en inspérer. Cela nous permettra de réduire, de minimiser le coût humain », a  suggéré l’opposant.

 

Momo SOUMAH pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE