SHARE

Le 1er Forum Continental de GMES et Afrique (www.au.int/en/GMESAfrica) a débuté dans la capitale Gabonaise, Libreville, où plus de 400 délégués d’Afrique, d’Europe et d’autres parties du monde se sont réunis pour discuter des nouvelles technologies innovantes dans le domaine de l’observation de la Terre pour un appui au développement socio-économique de l’Afrique.

Le Forum organisé de concert par la Commission de l’Union Africaine et le Gouvernement de la République du Gabon, est la convergence initiale de toutes les parties prenantes impliquées dans GMES et Afrique. Le programme a été lancé conjointement en 2016 par l’Union Africaine et l’Union Européenne pour renforcer les capacités en Afrique pour l’exploitation optimale des systèmes, des données et des technologies d’observation de la Terre.

L’Afrique possède les capacités et aptitudes pour tirer parti des possibilités offertes par l’observation de la Terre grâce aux satellites et autres applications pour améliorer la gestion de l’environnement, la productivité agricole, l’atténuation du changement climatique, la sécurité alimentaire, la santé et la réduction des risques de catastrophe, parmi ses nombreuses priorités de développement. Mais des investissements limités et une approche fragmentée ont limité les capacités du continent à mobiliser des fonds, à développer les capacités locales et à fournir l’infrastructure nécessaire à une industrie robuste de l’observation de la Terre.

La Commissaire de l’Union Africaine en charge des Ressources Humaines, des sciences et technologies, Son Excellence Prof. Sarah Anyang Agbor, déclare que le Forum évoquera les aspirations envisagées par les peuples d’Afrique dans l’Agenda 2063, à savoir un continent prospère doté des moyens de mobiliser ses ressources pour assurer son propre développement sur une base durable. Elle souligne aussi  qu’il est urgent que l’Afrique investisse dans l’innovation technologique et mobilise son capital humain a disposition pour améliorer les systèmes de santé, d’éducation et les infrastructures.

Le Chef de Délégation de l’Union Européenne au Gabon, Guinée Equatoriale, Sao Tome et Principe et CEEAC, Son Excellence Helmut Rudolf KULITZ, affirment que le Programme GMES et Afrique et ses prédécesseurs représentent plus de 15 ans d’une coopération fructueuse avec l’Afrique dans le domaine de l’observation de la Terre, avec une contribution européenne de plus de 100 millions d Euros.

Le 1er Forum Continental GMES et Afrique est centré sur le thème « Débloquer le potentiel de l’observation de la Terre en tant que moteur du développement durable de l’Afrique », une référence au déséquilibre existant entre le potentiel du continent et les bénéfices réels qu’il tire des dividendes de l’observation de la Terre. Le thème porte sur les moyens d’exploiter les possibilités offertes par l’observation de la Terre pour tirer parti du développement socio-économique de l’Afrique.

Les participants au Forum, composés d’utilisateurs africains des services d’observation de la Terre, des décideurs, des scientifiques, d’entreprises et d’universitaires, profiteront des cinq jours de la conférence pour examiner les défis qui compromettent la croissance et l’expansion du secteur sur le continent. Ils élaboreront des stratégies de communication, de collaboration et d’engagement plus étroits entre les experts de l’industrie et les utilisateurs des services d’observation de la Terre, et discuteront également de l’établissement de partenariats plus solides et d’une participation accrue des intervenants, en particulier du secteur privé et des établissements universitaires.

« En plaçant les utilisateurs finaux au cœur du développement des produits et services, GMES et Afrique est devenu une vision pour la gestion durable et efficace des ressources naturelles et de la sécurité en Afrique « , a déclaré S.E. Mr. Guy Bertrand Mapangou, Ministre de l’économie numérique, des communications et des postes du Gabon, qui est également le porte-parole du gouvernement.

GMES et Afrique est un programme phare de l’Union Africaine dans le cadre de la politique et de la stratégie spatiale africaine, qui trace la voie à suivre pour que le continent soit compétitif au niveau mondial dans les activités spatiales, y compris l’observation de la Terre, et pour développer un programme spatial continental viable. Avec une couverture continentale, le programme est mis en œuvre par le biais de subventions à des institutions africaines sous les bannières de consortiums régionaux. 13 consortiums représentant un total de 72 institutions africaines ont reçu des subventions dans le cadre d’un appel d’offre ouvert pour la mise en œuvre de projets dans les domaines de l’eau, des ressources naturelles et de la gestion des zones marines et côtières.

Le programme GMES et Afrique est supportée par l’Union Européenne à travers son programme Pan-Africaine. C’est également supporte par la Commission Européenne  (CE) COPERNICUS, un programme de suivi de la terre, qui produit des données et produits satellitaires a travers les services du système de satellite EUMETCAST de EUMETSAT. Aujourd’hui plus de 300 utilisateurs en Afrique peut avoir accès directement aux données Sentinel. Une collaboration a été également signée en juin 2018 entre la Commission de l’Union Africaine et L’Union Européenne pour les données Copernicus et l’échange des donnes avec l’Afrique. GMES et Afrique est un autre partenariat long terme entre L’union Européenne et l’Union Africaine.

Source: APO Group pour GMES and Africa / JMI.

 

Comments

comments

SHARE