SHARE

Partie du Sénégal le 2 novembre, la caravane ouest africaine a traversé le Mali pour arriver en Guinée. Ce Samedi 10 novembre 2018, la convergence était dans la préfecture de Mamou, en moyenne Guinée, où les activistes guinéens ont pu rallier la caravane pour poursuivre le périple vers le Ghana, le Nigeria, le Togo avant de boucler son expédition par le Bénin entre le 21 et le 22 novembre.

La convergence pour la lutte contre l’accaparement des terres et l’eau ainsi que le rejet des OGM (organismes génétiquement modifiés) dans l’agriculture est une dynamique qui a été lancée il y a quatre ans par un consortium d’ONG œuvrant pour la protection de l’environnement et la biodiversité avec pour objectif attirer l’attention des décideurs sur la gestion foncière ; des ressources halieutiques ; la promotion des semences locales et lutter contre la mainmise des multinationales sur les terres.

En Guinée

La convergence globale de la lutte pour la terre et l’eau a fait son baptême de feu à l’ANATEF dans la ville carrefour, Mamou ce samedi aux environs de 10 heures avec des slogans comme « ne touche pas à ma terre, elle n’est pas une marchandise » ; « Droits à la terre, à l’eau et à l’agroécologie paysanne : une lutte commune ». Plusieurs délégations venant du Togo, de  la Mauritanie ; du le Mali ; de la Côte d’Ivoire ; du Benin, du Ghana et du Togo ont effectué le déplacement.

Les caravaniers étaient dimanche 11 novembre 2018 dans la région de Faranah, en haute Guinée, pour continuer les jours suivants à Yomou, en Guinée Forestière, afin de poursuivre le périple vers la Côte d’Ivoire.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI  Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE