SHARE

Avec un communiqué daté du mardi 9 octobre et rendu public seulement le lendemain, l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) a annoncé la fermeture de la société de téléphonie INTERCEL Guinée. Selon le  ministre des postes et télécommunication et de l’économie numérique, Moustapha Mamy Diaby la société est  endettée auprès de  l’État.

Un délai de 30 jours est donné aux clients d’INTERCEL, avant l’arrêt définitif  pour pouvoir écouler tous les produits et services qu’ils ont achetés et aux utilisateurs pour migrer sur les autres réseaux.

Résultat de recherche d'images pour "INTERCEL Plus"« INTERCEL est une société téléphonique qui est dans des difficultés financières depuis  quelques années. Au niveau de l’État, nous avons consenti de sérieux efforts face à cette situation. Nous avons d’ailleurs  permis à la société de passer une année sans payer ses obligations vis à vis de l’État en contrepartie les propriétaires de l’entreprise se sont engagés à mobiliser les ressources nécessaires pouvant financer son épanouissement  sur l’extension de son réseau. Malheureusement, INTERCEL n’a pas honoré ces engagements » a réagi le ministre des postes et télécommunication, interrogé par la presse nationale.

Arrivée en Guinée en 1993, avant Areeba (actuel MTN Guinée), Orange Guinée et Cellcom sous l’appellation TELECEL Guinée,  avant d’être rebaptisée Intercell Guinée, cette société après plus de quatre décennies d’activité n’a jamais su s’imposer face à ses concurrents, à cause du faible niveau d’investissement consenti et de l’absence d’un leadership rigoureux et ambitieux.

Elle ne possédait que 1 % des parts de marché en 2017 contre 2 % en 2015, bien loin des 57 % d’Orange Guinée, l’opérateur leader pourtant arrivée en quatrième et dernière position sur ce marché.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments

SHARE