SHARE

Dans sa mise en place, l’institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme a tenu ce lundi, 10 septembre 2018, sa deuxième session plénière dans les locaux du palais du peuple. Par ailleurs, cette plénière de l’INIDH  a été présidée par son président Dr Alya Diaby.

Dans son intervention, le président de l’institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, Dr Alya Diaby a d’abord précisé que cette deuxième session plénière de sa structure se déroule  dans un  contexte de crises  socio-politiques  qui a  marqué et marque toujours la vie de la nation guinéenne.

« On rapporte en gros que les prisons guinéennes sont surpeuplées, insalubres et vétustes ou encore que les détenus sont mal nourris, déshydratés et à la merci des maladies. Mais pourquoi y revenir ? Mais parce que les prisons sont un des meilleurs étalons de mesure de notre civilisation et plus exactement de notre humanité », a déclaré  Dr. Diaby.

Car dit-il, parce qu’aussi, les informations accessibles qui existent sont pour la plupart  l’œuvre  des ONG de droits humains   et sont compilées sous le ton polémiste et souvent remplies d’affirmations gratuites.

«Quelque fois, elles sont anachroniques et basées sur la commune renommée. Pendant ce temps, les informations crédibles qui existent, sont l’œuvre d’organismes agissant sous le sceau de la discrétion ou qui s’entourent de  scrupules. Donc, l’arbitrage de notre institution était attendu. Il se fait pressant et d’une impérieuse nécessité », a affirmé Dr Alya Diaby..

Il a ensuite dit qu’ il y a lieu de rappeler que le monitoring du milieu carcéral est l’une des attributions phares de l’INIDH conformément aux dispositions de l’article 3 point 14 de la loi organique qui la régit .

De son côté, le haut représentant du Commissariat des droits de l’homme  des Nations Unis (NU),  s’est dit être satisfait parce que selon lui,  depuis le renouvellement du bureau, « nous constatons que l’INIDH est en train d’assurer sa visibilité et cela va dans le sens du respect de la loi qui l’a créée et nous savons que les défis sont très immenses et l’INIDH, elle va s’y mettre au travail pour accomplir son mandat ».

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.info 

Comments

comments

SHARE