SHARE

Les syndicalistes ont lâché du lest dans les négociations avec le gouvernement sur la hausse du prix du carburant à la pompe. Jusque-là, ils exigeaient le rétablissement du prix du litre à 8000 GNF en lieu et place de 10.000 GNF.

« Il y a eu une petite avancée au niveau des positions des uns et des autres « Nos partenaires syndicats ont finalement accepté de discuter des mesures d’accompagnement », s’est réjoui Dr. Alia Camara, inspecteur général du travail.

Selon lui, dans les discussions, les syndicalistes ont fait des propositions allant dans le sens de l’amélioration du salaire des travailleurs dans tous les secteurs confondus. « Ils souhaitent également une hausse des pensions de retraite et du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) », a-t-il dit. .

« Ce sont les trois gros éléments qui ont été soulevés par la partie syndicale. Le gouvernement a pris bonne note de cette nouvelle avancée. Parce que jusqu’ici, nous étions bloqués au niveau des préalables », a  mentionné  l’inspecteur général du travail.

Il a aussi rappelé que « le syndicat avait toujours sollicité que le gouvernement reviennent à 8000 GNF. Mais ce verrou a sauté aujourd’hui ».

La partie gouvernementale a demandé 48 heures, le temps pour elle de se référer et de revenir autour de la table le mardi prochain.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE