SHARE

Lors de l’assemblée générale du comité de pilotage du procès
des massacres du 28 septembre 2009, le ministre d’Etat en charge de la Justice et des Gardes Seaux , Me Cheick Sacko, a annoncé que ce procès pourrait être se tenir dans une autre préfecture: « Les audiences pourraient se tenir à l’intérieur du pays. Rien n’est encore retenu », s’est-il cependant empressé de dire.
dit.

Jointe ce vendredi, 3 août 2018, par un reporter de justinmorel.info
sur ce sujet sensible, la présidente de l’Association des Victimes,
Parents et Amis des massacres 28 septembre 2009. (AVIPA), Asmaou
Diallo a déclaré sans détour que son association s’oppose
catégoriquement à cette probable décision du ministre Cheick Sako.

«Les victimes sont là, ce n’est pas facile de les déplacer et il faut
prendre l’exemple sur ce qui s’est passé à Bamako, avec le procès de
Sanogo. Donc on ne veut pas avoir des difficultés pour cela, c’est
pour cette raison qu’ on a tenu à ce que le procès soit à Conakry… », a
indiqué Asmaou Diallo.

Elle a expliqué que cette décision de Me Cheick Sako
demeure et reste ‘’ irraisonnable ‘’ .«On peut trouver un lieu
l’aménager pour la circonstance, ce n’est pas pour une durée
indéterminée quand-même !!», rétorque Mme Asmaou Diallo.

« Pour ne pas chercher ce montant qui est très colossal et qu’on
n’arrive pas à le trouver, vaut mieux qu’on le fasse à Conakry, à
partir du moment où on peut trouver un moyen pour aménager quelque
part pour le procès. C’est notre avis», a dit la présidente de
l’Association des Victimes, Parents et Amis des massacres 28 septembre
2009. (AVIPA).

Selon un rapport du Système des Nations unies , les
massacres du 28 septembre 2009 perpétrés au stade du même nom, ont fait plus 150 morts et une centaine de femmes violées à ciel ouvert .

Pivi BILIVOGUI pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE