SHARE

Après avoir échoué à l’organisation du Mondial 2026, le Royaume chérifien entend postuler à l’édition de 2030. Encore une fois, le Maroc aura fort affaire avec un challenger de poids, en l’occurrence la Chine. En effet, L’Empire du Milieu met actuellement sans tambour ni trompette, les bouchées doubles pour l’organisation du Mondial 2030.

On n’en parle pas souvent, longtemps à la traîne des pays d’Europe et de l’Amérique Latine, la Chine entend refaire son retard. L’actuel président, Xi Jinping, un féru de sport a mis en œuvre un plan décliné en cinquante points visant à faire de son pays une super puissance du football. C’est dans cette optique que la Chine va postuler à l’organisation du Mondial de 2030. Et pour ce faire, l’Etat s’est impliqué pour rendre le championnat intéressant. Une démarche qui a consisté à faire venir du Brésil et de l’Europe des stars pour promouvoir le football au plan local.

compétitivité du championnat

En plus, des mesures incitatives ont été prises, afin que les dix plus grosses entreprises du pays achètent chacune un club évoluant dans le championnat professionnel. Parallèlement, l’Etat a aussi mis la main à la poche pour accroître la compétitivité du championnat. Ainsi, le Shanghai SIPG a connu une ascension fulgurante en dix ans d’existence, bien aidé par un investissement massif de l’Etat. Comment expliquer autrement que les droits télé soient passés de 7 millions de dollars pour la saison 2014-2015… à 140 millions pour l’exercice 2015-2016 ? La facture est payée, sans sourciller, par China Media Capital, sorte de Canal+ chinois appuyé par l’Etat.

Pour assurer un transfert de compétence de l’Europe vers la Chine, depuis deux ans l’on assiste à un investissement massif d’hommes d’affaires chinois à l’étranger mais principalement en Europe. Cette politique a pour résultat aujourd’hui que deux clubs de football appartiennent à 100% à un groupe chinois. Il s’agit du FC Sochaux et du Slavia  Prague. Dans ce même ordre d’idées, Manchester City, propriété du milliardaire émirati Cheikh Mansour, a cédé 13% de son capital à deux sociétés étatiques.

50.000 académies de football

A l’horizon 2030, la Chine qui ne compte actuellement que 137.000 licenciés, pour une population estimée à 1,3 milliard d’habitants,  vise à créer 50.000 académies de football. Le football est ainsi rendu obligatoire à l’école. Les chinois se fondent sur le principe que l’ouverture de la Chine au football doit commencer par les enfants.

Le point d’orgue du plan de développement du football chinois s’appuie sur l’organisation du Mondial de 2030. Pour atteindre cet objectif, tous les moyens sont mis en œuvre par les autorités du pays, au rang desquelles le chef de l’Etat. Pour  se donner une idée de la volonté des chinois à parvenir à leurs fins, d’ici 2025, le football doit représenter 1% du PIB du pays, soit 850 milliards de dollars. Une démarche où le sport et le divertissement sont des secteurs devant apporter de la plus-value à l’économie.

Au regard de ce qui précède, il est indéniable que l’ambitieux programme de l’Etat chinois produira des résultats tangibles. Et comme disait un auteur ‘’ …Quand la Chine s’éveillera, c’est le monde qui tremblera…’’

Thierno Saïdou DIAKITE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE