SHARE

« L’augmentation du prix du carburant dans le contexte actuel, est une menace sérieuse contre la paix et la quiétude sociale en Guinée », a affirmé dans une déclaration, le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG), Dr Dansa Kourouma, lors d’entretien avec près de  vingt-cinq structures faitières de la société civile concernant cette augmentation vertigineuse du prix du carburant par le gouvernement.

L’activiste de la société civile, Dr Dansa Kourouma a également déclaré qu’à moins de cinq mois de la crise avec les enseignants qui a secoué toute la nation, le gouvernement guinéen plonge à nouveau le pays dans une profonde incertitude, à travers une décision unilatérale et appauvrissant d’augmentation du prix du carburant à la pompe.

Il a aussi dit que la Société Civile Guinéenne a appris cette nouvelle dans la nuit du 30 juin au 1erjuillet 2018, sans aucune concertation préalable et en pleine saison des pluies où nos populations ont du mal à joindre les deux bouts. «Cette décision qui tombe brutalement, prouve à suffisance que les leçons des crises passées n’ont jamais été tirées pour améliorer les mécanismes déprises de décisions et fait montre de l’insouciance de l’Etat à éponger les frustrations et peines du peuple de Guinée », a noté Dr Dansa Kourouma.

Selon lui, les mauvaises négociations avec les partenaires sociaux et le manque d’information et de concertations avec les vrais interlocuteurs sont les facteurs qui ont conduit l’Etat à s’engager dans des arrangements affaiblissants.

«C’est pourquoi dans le souci de préserver la paix sociale, en cette période d’accalmie politique apparente, la société civile guinéenne lance un appel pressant ; au gouvernement : De surseoir immédiatement à cette décision unilatérale et impopulaire et de privilégier un dialogue inclusif,franc, sincère et constructif dans l’intérêt supérieur des citoyens ; De favoriser désormais, une démarche participative et inclusive sur toutes les questions et mesures ayant un impact social :De réduire le train de vie ostentatoire de l’Etat, avant d’initier toutes mesures d’austérité dans le contexte actuel », a soutenu Dr Dansa Kourouma.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info  

Comments

comments

SHARE