SHARE

Le ministère de la santé et de la justice ont décidé de lutter contre la maladie en milieu carcéral. Un protocole a été signé entre ces deux départements ce mercredi 30 Mai 2018, dans un réceptif hôtelier de la place. L’objectif est de créer une stratégie de santé pénitentiaire nationale faisant partie du système national de santé publique.

Le chef de cabinet du ministère de la justice, Maître Mohamed Telly Camara revient sur les engagements de son département pour la mise  en œuvre de ce protocole d’accord : « Il s’agit  d’humaniser notre système carcéral. C’est très important qu’on garantisse aux personnes détenues, les mêmes droits. Le droit à l’alimentation, le droit à la santé de tous les citoyens surtout les personnes les plus faibles. Ce protocole d’accord nous permettra justement de faciliter l’accès à la santé des détenus ».  

Pour sa part le conseiller à la coopération technique du ministère de la santé, Docteur Kabinet Souaré dira que : «La santé des détenus doit nous préoccuper. C’est pour cela j’ai toujours rappelé cette situation, où quelqu’un qui se trouve aujourd’hui en liberté, peut se retrouver demain en prison. C’est pour dire que la santé dans les maisons carcérales doit nous préoccuper, si nous voulons avoir un équilibre dans la société. »

C’est ce devoir que le ministère de la santé  doit s’engager à réaliser dans la mise en œuvre de ce protocole d’accord pour améliorer les conditions de vie dans les maisons pénitentiaires car ceux qui sont dans les prisons sont aussi des Guinéens, ils ont les mêmes droit à la santé que tous les autres qui sont libres.

Pour Dr Paupau Lobo, médecin de détention : « Il est essentiel pour le comité de la Croix rouge de rapprocher les ministères de la santé et de la justice par rapport au protocole d’accord sur la santé en détention, car les recommandations internationales sur la santé en détention constituent le socle, le fondement même de ce protocole ».

Aye Condé pour JMI

JMJCopyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE