SHARE

Ce 15 avril, le Bembeya Jazz National et International célèbre 57 années d’existence. Une exceptionnelle longévité pour cette formation musicale, qui a su résister à l’usure du temps. Constitué peu de temps après notre accession à l’indépendance nationale, à la faveur de la politique de valorisation de la culture nationale, le Bembeya est devenu aujourd’hui par la force des choses, le porte flambeau de la musique moderne du pays. Retour sur l’itinéraire de ce groupe musical.

En 1994, pour le compte du quotidien national Horoya, j’ai couvert  les préparatifs du gala anniversaire du Bembeya, que l’agence Conakry Magakhoui organisa sous la direction de feu Aly Badara Diakité. Une opportunité qui me permit de faire l’interview de  El Hadj Sékou Legrow Camara administrateur de l’orchestre.Résultat de recherche d'images pour "bembeya jazz"

Au cours de cet entretien, Sékou Legrow décrit les conditions dans lesquelles l’orchestre fut créé ‘’…En ce jour mémorable du 15 avril 1961 à Beyla dans une salle remplie d’instruments de musique flambant neufs, le commandant de la région de l’époque feu Emile Condé, nous disait citation ‘’ Au nom du Parti et du gouvernement, je mets ces instruments à votre disposition pour l’accomplissement de la mission la plus difficile : celle de reconvertir les mentalités. Il est vrai que nous sommes indépendants. Mais depuis trois ans nous continuons à danser encore au son des valses, des paso doble et autre tango. Le peuple se moque de nous, car il dit sous cape, ‘’ vous ne voulez pas des blancs et vous continuez à chanter et à danser comme eux’’. A partir de cet instant, nous ne voulons plus entendre de chansons françaises dans les bals. Nous avons nos chants et nos danses, mettez-les en valeur. Dans vos mains considérez ces instruments comme des armes pour imposer notre culture dans notre espace géographique et pourquoi pas, au-delà de nos frontières.’’ Fin de citation.Résultat de recherche d'images pour "bembeya jazz"

Avec l’écrivain Alpha Oumar Diallo, il est loisible de remonter le fil du parcours de l’orchestre Bembeya. En 1963, les responsables de Beyla s’activent pour les préparatifs de la quinzaine artistique qui se tiendra au mois de mai à N’Zérékoré, la capitale régionale. Des ensembles comme le Nimba Jazz, le Palm Jazz, le Kébendo Jazz et le Niandan Jazz étaient dynamiques et dominaient la scène musicale.

Le Bembeya débarque un soir du mois de mai à N’Zérékoré. Le groupe, dès ses premières prestations, éblouit le public guerzé. Des chansons comme « démbatigalan » endiablent le public. Le groupe rentre à Beyla avec le second prix ! Emmené par Sékou Bembeya, le groupe ne reste pas longtemps confiné à Beyla.

Rapidement, ils gagnent des concours régionaux et nationaux et à partir de la moitié des années 60, ils obtiennent le statut d’orchestre national. Là, aux côtés de Kélétègui et ses Tambourinis, Balla et ses Baladins et le Horoya Band, le Bembeya joue jusqu’à six jours par semaine. Chaque groupe luttant pour s’attirer les faveurs d’un public fervent. Salifou Kaba, l’un chanteur se rappelle que leur arrivée dans la capitale coïncide avec la volonté de développer un nouveau répertoire excitant. « Chaque semaine, on essayait de nouvelles chansons pour attirer la clientèle. On était obligé de créer, c’était ainsi ».

Résultat de recherche d'images pour "bembeya jazz"L’année 1973 débute avec la mort tragique de Aboubacar Demba Camara dans un accident de voiture à Dakar. Le groupe peine à se réformer. Mais très vite, le Bembeya Jazz revient dans la partie. Dans l’ouvrage que le célèbre journaliste Justin Morel Junior consacra au Bembeya Jazz National, aux menux détails se trouve les conditions dans lesquelles, le défunt Aboubacar Demba Camara fut remplacé.

En effet, c’est sous l’autorité des plus hautes instances du Parti, qu’un concours national fut organisé pour meubler la section vocale de l’orchestre. De sévères critères ont permis au jury de désigner au finish Nagna Mory Kouyaté second chanteur du 22 Band de Kankan, et Moussa Touré candidat volontaire. Avec Salifou Kaba, ces deux nouvelles recrues formèrent le trio Ambiance Bazooka.

Résultat de recherche d'images pour "bembeya jazz"La toute première soirée du nouveau trio se tint le 31 décembre 1973 au jardin de Guinée. Et le 2 janvier 1974 sous la haute présidence du chef de l’Etat, le Bembeya présentera sa nouvelle composition au Palais du Peuple. La page de Aboubacar Demba le Dragon de la chanson africaine ainsi tournée, commence pour cette formation musicale une nouvelle aventure musicale.  Avec un égal bonheur, le Bembeya continue à régaler les mordus de musique. Malgré le poids de l’âge et la disparition de bon nombre des musiciens fondateurs, l’orchestre tient encore la route.

Comme l’a souligné Sékou Legrow administrateur de l’orchestre, il s’agit désormais de préparer la relève, afin qu’à l’instar du groupe Aragon, le Bembeya puisse résister à l’usure du temps. Une ambition, qui se passe de tout commentaire. Joyeux anniversaire au Bembeya Jazz National.

Thierno Saïdou DIAKITE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE