SHARE

C’est après une série de rencontres entre le chef de l’Etat et les chefs de différentes formations politiques au palais Sékoutouréyah, que le comité de suivi  de l’accord du 12 octobre 2016, a été relancé dans le but de trouver une solution de sortie de crise concernant les différends électoraux.

Invité  par  nos confrères de la radio ‘’Djigui FM’’, dans leur émission le ‘’Quotidien’’ de ce mardi, 10 avril 2018, le président du Conseil National des Organisations de la Société civile Guinéenne (CNOSCG), Dr Dansa Kourouma a d’abord apprécié  l’instruction donnée par le Chef de l’État au comité de suivi, pour ensuite placer ses points sur les i.

L’activiste de la société civile Dr Dansa Kourouma a également déclaré que cette relance du comité de suivi permettra à chaque membre de réaliser la teneur ou l’ampleur de la mission qu’on leur a confiée. « Mais l’obtention des résultats escomptés après ce redémarrage des travaux du comité de suivi dépend de la volonté politique du Président de la République »,a-t-il ajouté..

« Le comité de suivi a été saisi pour trouver des solutions aux problèmes posés. Ça c’est quelque chose qui m’a beaucoup réjoui parce que le garant de l’accord politique du 12 octobre 2016, c’est le Chef de l’État. Aujourd’hui, tout le monde est conscient que sans ce comité de suivi, la crise qui assaille la CENI et la crise entre l’opposition et le pouvoir ne peuvent pas trouver de solution. Donc je me réjouis que la volonté politique soit là. J’ai espoir que cette fois-ci, on aura l’opportunité de dialoguer… », a précisé Dr Dansa Kourouma.

Il a ensuite laissé entendre  qu’il a tout de même des inquiétudes concernant l’application de cet accord. Car selon lui, le comité de suivi ne s’est jamais pris au sérieux, malgré sa composition suffisamment représentative. » Mais nous avons pris un engagement ferme avec tous les bords politiques de trouver solutions aux problèmes posés dans les meilleurs délais. Puisque j’ai compris que lors de ce dernier débat tout le monde est fatigué de ces conflits politiques », a signalé le président du CNOSCG. 

Dr Dansa Kourouma regrette tout de même la mise à l’écart de la loi au profit des arrangements politiques, car c’est ce qui est à l’origine de tous ces soubresauts politiques dans le pays

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

 

Comments

comments

SHARE