SHARE

Aboubacar Soumah et Portos Diallo convoqués hier par un juge du Tribunal de Première Instance de Dixinn, le bureau du SLECG a appelé dans l’immédiat à un arrêt total des cours, dès ce lundi, 26 mars 2018 et le gouvernement guinéen  en a reculé pour surseoir à cette convocation.

Tout le monde a eu chaud ! Flashback. Invité  dans l’émission les ‘’Grandes Gueules’’ de la radio ‘’Espace FM’’ de ce vendredi, 23 mars 2018, le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumal a déclaré que dès que la convocation a été déposée à leur siège, le bureau exécutif a informé toutes nos structures à la base d’un arrêt de travail, à partir du lundi 26 mars jusqu’à nouvel ordre! 

« Nous ne pouvons pas comprendre qu’un protocole soit signé, dans lequel on parle de non-poursuites judiciaires à l’endroit de tous les responsables syndicaux; si on nous envoie une convocation, c’est une sorte de violation de l’accord! C’est pourquoi, tous les enseignants avaient demandé d’arrêter les cours dès ce vendredi’’, a précisé Aboubacar Soumah.

Ayant eu vent de la menace, des proches d’Alpha Condé ont pris le devant pour calmer les esprits. ‘’Nous avons été appelés par le médiateur de la République et le ministre Tibou Kamara. Ils nous ont dit qu’ils ont appelé le président de la République qui a donné des instructions au ministre de la justice pour déclarer un non-lieu. Donc, nous avonsconfiance, c’est bien fini. Lundi tout le monde doit travailler…’’, a souligné M. Soumah qui invite les enseignants à continuer les cours dans les écoles, vu que les choses sont rentrées dans l’ordre.

Karifa KEITA pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE