SHARE

Le chef de l’Etat guinéen a, enfin, décidé de sortir de son silence souverain qui avait fini par semer le trouble dans la cité. Chacun se demandant, si « le pays est vraiment commandé ». Celui qui prend la parole cette nuit, au lendemain de 80 bougies, a donc vraiment senti le besoin de s’adresser à la nation, poussé par l’acuité de l’actualité nationale, afin de dire où on en est.

L’adresse avait été annoncée par les médias publics, mais l’attente a été si longue, que le suspense de la déclaration n’en était que plus grand! Après 21h 50, alors que la Radio nationale déclinait son mois dédié, avec une interview exclusive de M. Savané, son directeur général, la TV, elle célébrait encore le carême chrétien… Alors, on attend, encore et encore…

Enfin vers 22h 06, après l’hymne national, le président Alpha Condé apparaît, tout de blanc vêtu. Il est solennel sous le tricolore national. Il en appelle au « sens élevé de la patrie, à un « sursaut national », il encourage la jeunesse, sa « préoccupation » et son « immense espoir ». Il regrette la grève et dit tout faire pour que cela s’arrête. Il est convaincu qu’ensemble on pourra trouver « des solutions ». Il promet de « prendre toutes les mesures appropriées »

Alpha Condé, la voix émue: « j’en appelle à tous…. Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir ». Mais, chacun doit se rappeler que « tout est priorité, tout est urgence », rappelle le président guinéen.

Les difficultés sont nombreuses, Alpha Condé dit en être conscient, mais, pour lui: « la violence n’est pas une solution ». Il s’incline devant la mémoire des victimes, particulièrement les enfants de Kalinko, il proclame son empathie et sa solidarité avec les familles des victimes.

Sans unité c’est l’impasse sur l’avenir. « Nous devons respecter nos engagements vis à vis de nos partenaires… pour assurer la prospérité. Eviter les crises récurrentes et cycliques, je veillerai au consensus. Il dit à tous que « l’union sacrée dans l’action. Pour ce faire, il invite à la « trêve sociale » pour pouvoir se consacrer au développement du pays.

Cette adresse à la nation s’achève sur un profond credo: «  Je crois en vous, je crois en notre pays ! » 

En moins de 10 minutes, le président avait fini. Mais, on attendait un acte fort, des annonces solides. Il faudra attendre encore !

Momo SOUMAH pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Infol

Deuxième diffusion vers 23h.

Comments

comments

SHARE