SHARE

Alors que le mouvement de grève déclenché par le SLECG version Aboubacar Soumah est à son troisième jour, aucune discussion n’a jusque-là été ouverte avec le gouvernement, à en croire le meneur du mouvement. Pendant ce temps, les cours sont largement perturbés dans les collèges et lycées de Conakry et des autres préfectures.

Selon les propos d’Aboubacar Soumah rapportés par nos confères de Guineematin, la grève serait très bien suivie, sur le plan national. Il dénonce par ailleurs les intimidations dans certaines localités de l’intérieur du pays.

« On a appris qu’il y a des intimidations, comme à Kissidougou où notre secrétaire général est tout le temps arrêté et intimidé. A Kankan aussi, l’Inspection Régionale de l’Education est entrain de menacer les enseignants. C’est le cas à Siguiri aussi. Mais, qu’à cela ne tienne, les enseignants ont vraiment répondu au mot d’ordre de grève », a laissé entendre le syndicaliste.

Les cours dans l’enseignement pré-universitaire se trouvent fortement perturbés par la désertion du corps professoral notamment dans les écoles à Conakry. C’est le cas dans pratiquement toutes les communes dans les 5 communes de la capitale.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE