SHARE

Très tôt le lundi matin, la brutale nouvelle est tombée : Médoune Diallo, la grande voix de la salsa africaine s’est éteinte le samedi 10 février des suites d’une longue maladie. Né le 11 février 1949 à Dakar, Médoune Diallo s’est distingué par sa voix unique au sein de l’orchestre Baobab dans les années 1970.

C’est dans ce groupe musical qu’il se fait connaître dès 1972. Pendant vingt ans, il participe à l’enregistrement de plusieurs albums devenus des grands classiques de l’afro salsa.

En 1992, il est contacté par son compatriote Ibrahima Sylla pour être membre fondateur avec Pape Seck et Nicolas Menheim, d’Africando, devenu le plus grand groupe panafricain d’afro cubain. Avec un assemblage de chanteurs- stars, Africando porte très loin l’histoire d’amour qui lie le son, le boléro ou la coumbia aux rythmes d’Afrique.

La disparition de Médoune Diallo creuse un peu plus le vide dans le groupe Africando. En effet, le 30 décembre 2013,  son  fondateur Ibrahima Sylla nous quittait. Un an plus tard, le 27 août 2014, Amadou Balaké tirait sa révérence, et dix ans plus tôt Gnonnas Pedro s’en allait de sa belle mort.

C’est avec une certaine pointe d’amertume qu’on écoute le riche répertoire de ce groupe musical, qui a fait le bonheur des mélomanes aux quatre coins du monde. La disparition de Médoune Diallo nous rappelle pour quelques instants ce que fut pour nous mélomanes Africando

Thierno Saïdou DIAKITE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE