SHARE

La mission d’observation  des organisations de la société civile guinéenne pour les élections communales du dimanche dernier à travers sa coalition le ‘’Regard Citoyen’’ condamne avec la dernière énergie les violences post électorales qui affectent actuellement le pays et qui y deviennent inquiétantes.

C’était au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi, à la Maison de la presse.

Intervenant meurtri,  le porte-parole du ‘’ Regard Citoyen’’, Bangaly Camara a déclaré que leur coalition, à cette phase du processus électoral, exprime ses vives préoccupations face à l’escalade de  violences qui prévaut à Conakry et à l’intérieur du pays, au lendemain des élections communales.

Le conférencier a également indiqué que par ce scrutin, la population guinéenne  était en droit d’espérer des élections citoyennes dans les meilleures conditions telles que promis par la  CENI. Or, depuis quelques heures, elle vit désormais dans la peur et l’insécurité. D it-il,  « Des cas de morts, de blessés et des destructions des biens publics et privés sont constatés dans plusieurs localités. Ces actes barbares et ignobles, qui portent atteinte à l’intégrité physique et morale des paisibles citoyens,  constituent de graves violations de droits de l’Homme », a-t-il dit.

« A l’origine de ces violences, et sur la foi des informations remontées par les trois mille (3000) observateurs du regard citoyen et des démembrements de la société civile, il faut relever ce qui suit : L’immixtion de certains hauts cadres de l’Etat, des députés, des acteurs politiques et des administrateurs locaux dans le processus électoral ;La radicalisation des discours et l’escalade verbale de certains responsables politiques et candidats, Le refus de l’accès à certains observateurs et médias dans des centres de centralisation des résultats,  , L’auto-proclamation et diffusion des résultats fantaisistes et erronés sur les réseaux sociaux par certains responsables politiques, des états-majors et des candidats, entraînant des scènes de liesses aux allures de provocations », a affirmé le porte-parole des organisations de la société .

Il a ensuite laissé entendre que pourtant, la société civile guinéenne et certains acteurs politiques avaient suffisamment mis en garde, l’opinion nationale et internationale sur les conséquences des reformes unilatérales du code électoral.

« Cette dictature de la majorité politique et parlementaire actuelle a produit une loi électorale insuffisante, ambigüe et incohérente, qui a non seulement remis en cause les droits acquis mais également, a privé les citoyens de leurs droits fondamentaux. Ce qui a résulté à la politisation à outrance de ces élections citoyennes et de proximité, justifiant ainsi le taux élevé d’abstention à l’élection », a précisé Bangaly Camara.

Selon lui, les deux grandes formations politiques, représentées à l’Assemblée nationale doivent assumer l’entière responsabilité de ce rendez-vous manqué.

« Face à une telle situation aux conséquences imprévisibles, le regard citoyen condamne avec la dernière énergie les violations graves des droits humains perpétrées contre les paisibles populations en général, et en particulier des enfants et des femmes et demande aux autorités de faire toute la lumière sur les graves violations de droits humains perpétrées sur des paisibles populations à kalinko, kindia, bailobayah, Tobolon, dogomet et », a noté le porte-parole  des OSC.

A cet effet, le ‘’Regard Citoyen’’ invite les acteurs politiques,  candidats, partisans et sympathisants, de faire preuve de retenue à cette période sensible et d’attendre la proclamation officielle des résultats par la commission électorale ; les médias à plus de professionnalisme, à s’abstenir de toute diffusion de propos incitant à la violence,  et de s’inscrire dans la logique de l’apaisement ; et Exhorte les candidats en lice à prioriser les voies légales pour résoudre les contentieux électoraux

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments

SHARE