SHARE

«Nous maintenons mordicus notre mot d’ordre de grève illimitée pour le 12 février prochain, sur toute l’étendue du territoire national. Et, sachez que ces violences post-électorales ne vont pas nous empêcher d’exprimer haut et fort, notre droit le plus absolu, que depuis longtemps , nous réclamons au gouvernement sans issue favorable », a déclaré ce jeudi, le secrétaire général contesté du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah à un de nos reporters

Interrogé sur le cas  de la déclaration du comité des jeunes du SLECG s’opposant  au mot d’ordre de grève déclenchée pour le 12 février prochain, le secrétaire général contesté dudit mouvement syndical , Aboubacar Soumah a également affirmé que ce comité des jeunes n’a jamais existé dans leur structure .

«C’est une invention du ministre K au carré, croyant  nous empêcher dans notre mouvement de ce lundi, 12 février 2018. Pour votre information, ce sont mêmes jeunes qui se sont désolidarisés du SLECG, lors de la première grève que nous avons déclenchée depuis au mois de novembre 2017. Donc, personne ne pourra nous barrer la route. C’était  pour respect des  communales que nous l’avons fait surseoir  pendant deux semaines. Donc, une manière de vous dire que ces violences post-électorales ne sont pas nos problèmes… »,a précisé Aboubacar Soumah .

 

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

   

Comments

comments

SHARE