SHARE

« Le comité national des jeunes  du SLECG constate avec amertume le mot d’ordre de grève projeté pour le 12 févier 2018 par les individus incontrôlés se réclamant de la structure en étant exclus  du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée », a déclaré le président du  comité des jeunes du SLEEG, Kalidou DIALLO, lors d’une conférence de presse qu’il aminée ce mardi, 6 février 2018 ; à la Maison des journalistes sise à Coléah.

Objectif de cette rencontre avec les hommes de média: expliquer le motif de leur opposition face à la  grève illimitée que souhaite déclencher le 12 février prochain, le camp ABouvacar Soumah.

Le président du  comité des jeunes du SLEEG, Kalidou DIALLO a également déclaré qu’il considère que ces individus agissent encore en violation flagrante des statuts et règlements de la structure dont ils se réclament à savoir. le SLECG.

« Considérant que cette pareille structure peut déboucher  sur les dégâts importants comme, ce fut le cas de la précédente grève déroulée en novembre 2017, ayant entraîné la mort de trois jeunes innocents fauchés par balles , le viol par un enseignant d’élève adolescente de 12 ans , la blessure d’un, jeune élève qui a perdu à l’occasion un œil , la destruction massive de biens des particuliers  dont les opérateurs économique et des biens publics , la perturbation des cours dans plusieurs écoles pendant des semaines », a affirmé Kalidou DIALLO.

Le conférencier a invité les  enseignants à ne  point suivre ce mot d’ordre de grève illimitée déclenchée par certains personnes qui sont exclues du SLECG. «  Même, le congrès qui les a portés à la tête de ce mouvement syndical, est de nul effet », a-t-il dit.

JMI Copyright © JustinMorel.Info  

Comments

comments

SHARE