SHARE

De Conakry à Yomou, les Guinéens sont mobilisés depuis pratiquement depuis 6h du matin, pour accomplir leur devoir civique, en se rendant à leurs différents bureaux de vote. Pendant ce temps les journalistes déployés sur toute l’étendue du territoire national, rivalisent de commentaires sur l’ensemble des radios privées réunies encore une fois, en « synergie des radios », une initiative pilotée par l’URTELGUI, l’Union des radios et télévisions de Guinée.

Selon les divers reportages relayés sur la cinquantaine de chaines, les 342 circonscriptions électorales connaissent un réel engouement des populations pour ce scrutin dans certaines villes, tandis qu’ailleurs la mobilisation est toute relative; çà et là, on a noté quelques tentatives de fraudes, dans lesquelles, les deux principaux partis s’accusant réciproquement, le RPG et l’UFDG précisément.

Les 700 observatrices de la COFFIG, en stratégie de la « Case de veille » et plusieurs ONG suivent le déroulement de ces élections de proximité que sont les communales, dont la finalité est d’élire les différents conseillers, qui à leur tour et éliront les maires de leurs localités.

Les responsables politiques et religieux appellent au calme les six millions d’électeurs pour qu’ils se comportent en acteurs de paix pour une gouvernance de qualité. Plus de 22.400 agents déployés pour « sécuriser » le vote, dans le cadre de l’USSEL (Unité spéciale pour la sécurisation des élections), composée de gendarmes et policiers formés pour la circonstance. Ils doivent respecter et faire respecter les droits des électeurs dans une neutralité citoyenne, favorisant le calme dans la cité.

Même si quelques incidents mineurs sont signalés dans certains bureaux de Conakry, Macenta ou Kankan, les élections se déroulent globalement dans la sérénité. La circulation est réduite au strict minimum, seuls les nécessités de service, les diplomates et autres journalistes sont tolérés dans leurs mouvements.

Momo SOUMAH pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE