SHARE

Au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi, 26 janvier 2018, à la maison de la presse à Coleah, les membres de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives en Guinée (ITIE-Guinée)par la voix de leur secrétaire exécutif, El hadj Mamadou DIABY, ont présenté les rapports 2013 et 2014.

Le secrétaire exécutif de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives en Guinée (ITIE-Guinée),  El hadj Mamadou DIABY a indiqué dans ces rapports que la Guinée est désormais une référence minière mondiale. Son secteur minier est caractérisé par l’abondance et la variété de ses ressources.

«Elle recèle un potentiel géologique important avec une grande diversité de substances minérales. Parmi ses immenses potentialités nous avons : la bauxite, le fer, l’or et le diamant », a précisé El hadj Mamadou DIABY.

La Guinée possède plus d’un tiers des réserves mondiales de bauxite, soit près de 40 milliards de tonnes d’une teneur supérieure à 40% dont 23 milliards de tonnes localisés dans la région de Boké.

« La Guinée détient les plus grands gisements inexploités de fer au monde, soit 20 milliards de tonnes avec un minerai de première qualité teneur supérieure à 60%. Simandou est considéré comme le meilleure gisement de minerai de fer au monde », a dit  le secrétaire exécutif de l’ITIE-Guinée.

Concernant l’or, le conférencier a également affirmé que la Guinée possède d’importantes réserves d’or dans le bassin réparti dans les préfectures de Siguiri, Kouroussa, Mandjana Dinguiraye et Kankan. Les réserves dépassent largement les 700 tonnes d’or.

«Le diamant de Guinée s’élève par sa qualité dite gemme, les réserves trouvées sont estimées à plus de 30 millions de carats.  Celles probables sont plus de 50 millions de carras. Les gisements sont principalement situés dans la zone Banankoro (Séfadou), à l’Est du pays. La Guinée dispose d’autres ressources minérales, comme les métaux de base tels que  le cuivre le plomb, le zinc et le comma », a confirmé. El hadj Mamadou DIABY.

Il existe également d’autres matériaux de construction tels que les roches  innées, les granites, syénites, les dolorites et les gabbros que l’on retrouve par tout et les minéraux de sable, noir, ilménite, rutile et zircon.

Le conférencier a aussi noté qu’en  2013, il y avait 455 titres miniers dans le calasse minier.  « En 2014, au cadastre minier, il y avait 350 titres miniers. De 2014 à 2015, 45 entreprises ont fait un paiement égal ou supérieur à 700 millions de francs guinéens. Le paiement total effectué par les sociétés minières était de 2.001 milliard de francs guinéens. C’’est la contribution à l’économie nationale représentant 23% des recettes budgétaires. En 2015, nous avons 305 titres miniers, avec 45 qui ont fait paiement égal ou supérieur à 700 millions de francs guinéens. Elles ont eu à faire un paiement total de 2.202 milliards au cours de cet exercice, ce qui représentait les 24% de recettes budgétaires de l’Etat », a précisé le conférencier.

A noter que l’objectif de ce rapport est de présenter la contribution du secteur extractif à l’économie nationale. Aussi, proposer comment appuyer le gouvernement dans le secteur minier.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE