SHARE

Reçu en audience, ce jeudi 18 janvier 2018, par le chef de l’Etat congolais, le conseiller stratégique du président de la Commission de l’Union Africaine, Mohamed El Hacen Lebatt  a rappelé la volonté de l’Union Africaine de voir les problèmes de l’Afrique être résolus par les africains. Pour lui, « Les dossiers du continent doivent d’abord être suivi et résolu par les africains avant l’intervention extérieure ».

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine se retrouvent à Addis-Abeba en Éthiopie pour le 30ème sommet ordinaire de l’organisation panafricaine, en fin janvier 2018. Prélude à ce rendez-vous continental au cours duquel la crise Libyenne sera évoquée le Président de la commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat a dépêché, à Brazzaville, son conseiller stratégique,  Mohamed El Hacen Lebatt. Il échangé avec Denis Sassou-N’Guesso qui assure la présidence du Comité de Haut niveau de l’Union Africaine sur la crise libyenne.

Selon Mohamed El Hacen Lebatt, il était porteur d’un message du président de la Commission de l’Union Africaine, Faki Mahamat au président Denis Sassou-N’Guesso, qui est, a-t-il déclaré « à l’échelle de notre continent, aujourd’hui, un homme de très grande expérience, l’africaniste de très grande expérience », avant d’ajouter : « Il était normal que le président de la Commission lui rende compte [en sa qualité de président du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye] de l’ensemble des contacts internationaux et avec les acteurs libyens pour compléter ces informations et ces analyses de la situation, le tout dans la logique de la préparation du prochain sommet qui connaitra, très probablement, une réunion de ce comité sous les auspices du président Sassou-N’Guesso ».

 Au sujet de la crise libyenne pour laquelle des tentacules de médiations ne cessent de naître en dehors des circuits officiels de l’union africaine, l’envoyé de Moussa Faki Mahamat chez Denis Sassou-N’Guesso a relevé que l’Union Africaine n’applaudit pas la multiplicité des intervenants extérieurs [à l’Afrique] dans ce dossier. « La marginalisation de l’Afrique dans un dossier africain quel qu’il soit, n’est pas non plus une attitude que l’UA peut cautionner », a martelé le diplomate africain.

 « Nous sommes pour que, a-t-il poursuivi, les dossiers africains soient d’abord et avant tout suivis et résolus par l’Afrique ». Mais, cela ne signifie que l’Afrique se referme sur elle-même. « Nous ne sommes pas fermés à l’apport et contribution des partenaires internationaux stratégiques de l’UA que sont les Nations Unies, en particulier et d’autres », a précisé  M. Mohamed El Hacen Lebatt.

 Il s’est dit honoré d’avoir eu cet entretien avec le président congolais dont il dit avoir « puisé dans la très riche expérience ». Je repars vraiment satisfait et ne manquerai pas de faire un compte-rendu fidèle au président de la Commission de l’Union Africaine, a-t-il conclu.

MIATOLOKA Boryce Agapyth

Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE