SHARE

« Pas de plan de licenciement à mettre en œuvre sans l’avis de la tutelle », c’est ce que Léon Juste IBOMBO, ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’économie numérique, a fait observer, ce lundi 15 janvier 2018, à Brazzaville, lors d’une descente, successivement, à Airtel Congo et à MTN Congo, deux opérateurs privés de téléphonie mobile.

Il est question de faire sursoir le plan de licenciement des agents et de mettre en place une commission (société-syndicat-ministère) pour statuer sur la question, telle est la directive que le ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, traduisant dans les faits la volonté du gouvernement congolais de préserver les acquis sociaux, a donné au directoire d’Airtel-Congo.

Cette société de téléphonie mobile a mis sur pied un plan de départs volontaires pour motif économique. Un plan, en forme de document qui se trouve relayé depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Le contenu dudit document fait état de la suppression d’une centaine d’emplois au sein de la société de téléphonie mobile.

Imprégné du dossier circulant sur les réseaux sociaux, le ministre de tutelle, Léon Juste IBOMBO, s’est fait le devoir de rappeler à l’ordre le directoire de cette société de téléphonie mobile, sans pour autant faire entorse au droit qui confère à cette société le pouvoir de procéder à une compression du personnel, en cas de soucis économiques, mais dans le respect des textes légaux en la matière : « Notre présence ce jour à Airtel Congo est d’attirer l’attention des dirigeants sociaux que nous n’approuvons pas la démarche qu’ils ont entreprise. Nous ne l’acceptons pas en tant que gouvernement », a fait savoir le ministre Léon Juste Ibombo.

Au nom du gouvernement de la République, et dans le souci de préserver le pays de toutes tensions sociales, le ministre IBOMBO, a soutenu qu’un plan social des licenciements massifs pour motif économique ne peut se faire qu’avec l’avis de la tutelle, qui n’est autre que le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique.

Dans le dessein de préserver à la fois l’intérêt des travailleurs et de la société, le gouvernement séance tenante a fait valoir son intention de s’opposer à toute démarche unilatérale de licenciement des agents de la société de téléphonie mobile concernée. Le tout devrait se faire en harmonie dans le respect de la loi, pouvait déduire Ministre Léon Juste IBOMBO, qui clôturait sa séance de travail avec le directoire d’Airtel Congo.

Changement de lieu, changement de décor et problématique. C’est à la direction générale, d’une autre société de téléphonie mobile que Léon Juste IBOMBO s’est adressé. A MTN Congo, le ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique est revenu sur la préservation des acquis sociaux, tout en invitant l’administration de cette société d’accorder la priorité aux nationaux, c’est-à-dire aux congolais dans l’octroi des offres d’emplois indirects et directs, notamment dans la distributions des cartes prépayées et autres services de MTN Congo. Fait ainsi, le ministre voudrait mettre un terme à une pratique actuellement en vogue au sein de cette société de téléphonie, consistant en l’attribution des marchés aux étrangers au détriment des congolais.

Après avoir fait constater à ses interlocuteurs que la téléphonie mobile et l’économie numérique étaient des secteurs stratégiques pour l’économie nationale et l’emploi des jeunes, Léon Juste IBOMBO a dit qu’il n’est pas question que les jeunes qui œuvrent dans ce secteur soient délaissés. Les sociétés de téléphonies étant installées au Congo, les premiers bénéficiaires devraient être des congolais. Il ne peut en être autrement, pouvait, en somme, marteler le ministre Léon Juste IBOMBO.

MIATOLOKA Boryce Agapyth

Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

 

Comments

comments

SHARE