SHARE

Le mardi dernier, un immeuble de trois étages, situé dans le quartier de la Minière, dans la commune de Dixinn, a pris feu, causant d’importants dégâts matériels et une perte en vie humaine. C’était suite à un coup circuit électrique, depuis, il présente encore des dangers, selon un sapeur pompier français, conseiller du directeur national de la Protection Civile (PC) en République de Guinée, commandant Feigneux posté sur le lieu drame.

Dans un entretien exclusif accordé ce vendredi, 12 janvier 2018 à justinmorel.info, le sapeur pompier français, conseiller du directeur national de la Protection Civile (PC) en République de Guinée, commandant Feigneux a confié qu’avec cet énorme, le danger persiste encore, parce que selon lui, des lubrifiants inflammables étaient vendus dans l’enceinte de cet immeuble sinistré.

«C’est vous dire que sous les décombres de cet immeuble où la fumée ne cesse de s’évaporer, il s’y trouve encore les débris de ces lubrifiants. Donc, il pourrait avoir un moment à l’autre des explosions inopinées. C’est pourquoi, mes hommes et moi, restons très vigilants dans notre travail, qui consiste à neutraliser complètement ces fumées énormes qui risqueraient de provoquer de probables », a déclaré le sapeur pompier français.

Il a ensuite laissé entendre que ces genres de bâtiments généralement ne présentent pas forcement de béton en qualité suffisante, pour pouvoir résister à des températures de feu qui devaient être supérieures à plus de 1000 degrés à l’intérieur. « Et, il faut développer au niveau de la PC, l’ensemble des moyens d’intervention et un réseau suffisant, à la fois en termes de moyens et en termes d’approvisionnement en eau », a-t-il souligné.

Actuellement, les réseaux d’approvisionnement en eau ne sont pas suffisants. Il y a  des difficultés à réapprovisionner les camions pour pouvoir réellement intervenir sur un feu, une fois qu’il est déclaré, a dénoncé le conseiller du directeur national de la PC.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE